Site naturel

22 juin 2021 13:57; Act: 22.06.2021 14:00 Print

L’Unesco veut classer «en danger» la Grande Barrière

L’Unesco a publié lundi un rapport recommandant de rétrograder le statut de la Grande Barrière de corail à cause de sa détérioration. L’Australie veut s’y opposer.

storybild

La Grande Barrière de corail est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Australie contestera le projet de l’Unesco d’inscrire la Grande Barrière de corail sur la liste des sites «en danger» du patrimoine mondial en raison de sa dégradation provoquée par le changement climatique, a annoncé le gouvernement mardi.

L’Unesco a publié lundi un rapport préliminaire recommandant de rétrograder le statut de la Grande Barrière de corail, inscrite au patrimoine mondial depuis 1981, à cause de sa détérioration, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques.

Pour les organisations de défense de l’environnement, cette recommandation témoigne d’un manque de volonté du gouvernement en matière de réduction des émissions de carbone. «Je conviens que le changement climatique mondial constitue la plus grande menace pour les récifs coralliens mais il est erroné, à notre avis, de désigner le récif le mieux géré au monde dans une liste (de sites) «en danger»», a déclaré la ministre de l'Environnement australienne, Susan Ley.

Une «volte-face»

L’Australie s’organisera pour contester ce projet, une «volte-face» après «de précédentes assurances de responsables de l’ONU», a affirmé Susan Ley dans un communiqué, à un mois de la prochaine session du comité du patrimoine mondial de l’Unesco, prévue en juillet depuis la Chine.

Selon elle, la décision de l’Unesco ne tient pas compte des milliards de dollars dépensés pour tenter de protéger la Barrière, située au nord-est de l’Australie. Elle «envoie un mauvais signal à des pays qui ne réalisent pas les investissements que nous faisons dans la protection des récifs coralliens», a argué la ministre.

«Forte déception»

Le rapport préliminaire souligne cependant les efforts de l’Australie pour améliorer la qualité des récifs, notamment sur un plan financier. Mais il regrette «que les perspectives à long terme pour l’écosystème (de la Barrière) se soient encore détériorées, passant de médiocres à très médiocres», faisant notamment référence à deux épisodes de blanchissement en 2016 et 2017.

Susan Ley a affirmé avoir eu un entretien dans la nuit de lundi à mardi avec la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, pour lui faire part de «notre forte déception».

L’inscription sur la liste des sites en danger n’est pas considérée comme une sanction par l’Unesco. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la sauvegarde de leur patrimoine.

«Le gouvernement australien ne fait pas assez»

L’Australie n’a pas fixé d’objectif de neutralité carbone d’ici 2050. Le Premier ministre conservateur Scott Morrison avait affirmé que le pays espérait l’atteindre «dès que possible», sans mettre en péril les emplois et les entreprises. L’Australie est un des plus importants importateurs au monde de charbon et de gaz naturel.

Pour l’organisation de défense de l’environnement Climate Council, la recommandation de l’Unesco couvre «de honte le gouvernement fédéral, qui reste passif devant le déclin du récif corallien au lieu de le protéger».

Elle «montre clairement et sans équivoque que le gouvernement australien ne fait pas assez pour protéger notre plus grand atout naturel, en particulier contre le changement climatique», a commenté de son côté le responsable des océans pour le WWF, Richard Leck.

Valeur inestimable

Outre sa valeur inestimable d’un point de vue naturel ou scientifique, on estime que l’ensemble corallien qui s’étend sur 2300 kilomètres de long, génère 4,8 milliards de dollars américains de revenus pour le secteur touristique australien.

En décembre, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avait affirmé que le changement climatique constituait la plus grande menace pour les merveilles de la nature et la Grande Barrière avait rejoint la liste des sites classés «critiques».

Pour Imogen Zethoven, consultante au sein de l’Australian Marine Conservation Society, ce rapport préliminaire montre à quel point limiter le réchauffement à +1,5°C est essentiel à la sauvegarde de ce joyau. Elle estime que les données climatiques relevées en Australie correspondent plutôt à une hausse de 2,5 à 3°C de la température, niveau qui conduira «inévitablement» à la «destruction de la Grande Barrière et de tous les récifs coralliens du monde».

Trois épisodes de blanchissement

La Grande Barrière a déjà connu trois épisodes de blanchissement en cinq ans, alors que la moitié des coraux ont disparu depuis 1995, en raison de la hausse de la température de l’eau.

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau qui entraîne l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur vive.

La Barrière a également été touchée par plusieurs cyclones et est aussi menacée par les ruissellements agricoles et par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LeTroll le 22.06.2021 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    On sait bien que le gouvernement autralien est profondément lié à l'industrie du charbon. Il ne faut donc pas s'étonner d'une politique anti-écologique, qui n'est ni d'hier ni d'aujourd'hui.

  • L'heure de parler de notre avenir le 22.06.2021 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis au moins 1985, nous savons que la grande barrière de corail est en danger. La question est : Pourquoi revenir sur le sujet précisément maintenant? Ne serait-il pas grand temps d'oser en venir aux faits réels de ce que sera notre futur, au lieu de nous balader avec une opportune épidémie qui n'est que l'arbrisseau qui cache la forêt. Il faut que les humains freinent leurs activités et nous le savons. Mais que les politiques arrêtent de nous prendre pour des crétins et qu'ils aillent droit au but et nous disent la vérité. Maintenant! Le sujet épidémie ne tient plus du tout!

  • fifi le 22.06.2021 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    Tous les PDG et politichiens en ont rien à foutre, alors couler une bonne dalle de béton sur toute la largeur, au moins ça fera de l'emploi !

Les derniers commentaires

  • fifi le 22.06.2021 20:27 Report dénoncer ce commentaire

    Tous les PDG et politichiens en ont rien à foutre, alors couler une bonne dalle de béton sur toute la largeur, au moins ça fera de l'emploi !

    • Faîtes chauffer les bétonnières! le 23.06.2021 08:08 Report dénoncer ce commentaire

      Couler une dalle de béton de 2.300 kms de long.....Couvrir le fond de la mer avec une dalle de béton......euh......Fifi n'a pas tout compris....

  • L'heure de parler de notre avenir le 22.06.2021 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis au moins 1985, nous savons que la grande barrière de corail est en danger. La question est : Pourquoi revenir sur le sujet précisément maintenant? Ne serait-il pas grand temps d'oser en venir aux faits réels de ce que sera notre futur, au lieu de nous balader avec une opportune épidémie qui n'est que l'arbrisseau qui cache la forêt. Il faut que les humains freinent leurs activités et nous le savons. Mais que les politiques arrêtent de nous prendre pour des crétins et qu'ils aillent droit au but et nous disent la vérité. Maintenant! Le sujet épidémie ne tient plus du tout!

  • LeTroll le 22.06.2021 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    On sait bien que le gouvernement autralien est profondément lié à l'industrie du charbon. Il ne faut donc pas s'étonner d'une politique anti-écologique, qui n'est ni d'hier ni d'aujourd'hui.

  • nickname le 22.06.2021 14:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faudra absolument trouver les causes