Syrie

02 septembre 2013 13:18; Act: 02.09.2013 16:10 Print

Les États-​​Unis et la Russie se mettent en place

Un porte-avions américain se rapproche de la Syrie tandis que la Russie a dépêché un navire de reconnaissance et de surveillance électronique vers la côte syrienne.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'USS Nimitz, un porte-avions américain à propulsion nucléaire, était censé rentrer à sa base d'Everett, dans l'État de Washington (nord-ouest des États-Unis) quand il a reçu l'ordre de rester dans la région, rapporte lundi la chaîne de télévision ABC News. Aucune mission particulière ne lui a toutefois été confiée, et des responsables de la défense évoquent «un positionnement prudent», selon ABC News. Un responsable du Pentagone a confirmé que le navire était bien dans la région, mais sans plus de précision. «Nous gardons toutes les options ouvertes en maintenant des navires supplémentaires dans la région», a ajouté ce responsable.

Les États-Unis ont déployé en Méditerranée orientale un navire de transport amphibie, capable d'emporter quelques hélicoptères et des centaines de Marines, outre les cinq destroyers déjà positionnés pour d'éventuelles frappes contre la Syrie, avait déjà affirmé dimanche un responsable américain. Les cinq destroyers - l'USS Stout, le Mahan, le Ramage, le Barry et le Gravely - croisent à quelques encablures des côtes syriennes, prêts à lancer leurs missiles Tomahawk si Barack Obama en donne l'ordre.

Bouleversant des décennies de pratiques présidentielles et créant la surprise, le président américain a choisi samedi de formellement solliciter auprès du Congrès, qui se réunira à partir du 9 septembre, une autorisation de recours à la force militaire en Syrie.

La Russie dépêche un navire

De son côté, le navire de guerre électronique SSV-201 "Priazovié" a quitté dimanche soir Sébastopol, port ukrainien où est basée la flotte russe de la mer Noire, «pour une mission dans l'Est de la Méditerranée», a déclaré une source militaire à l'agence Interfax. Ce bâtiment ne va pas rejoindre le groupe de navires de guerre de la marine russe déjà dans la région, a ajouté cette source, précisant que le SSV-201 rendrait compte de ses activités directement à l'état-major des forces armées russes.

L'état-major avait indiqué la semaine dernière que le groupe de navires dans la Méditerranée effectuait de manière ininterrompue des observations et analyses des activités militaires autour de la Syrie. «Nous utilisons le système de surveillance par satellite de notre groupe de navires dans la Méditerranée, ainsi que d'autres sources de renseignements», a ajouté cette source. «Nous avons l'intention d'obtenir le maximum d'informations dans les intérêts de la sécurité de la Russie, d'analyser méticuleusement les tactiques utilisées par les participants à un possible conflit, tirer des conclusions sur les perspectives à venir», a encore indiqué cette source.

La Russie maintient une présence constante de plusieurs navires de guerre dans l'est de la Méditerranée où ils effectuent des rotations depuis le début de la crise syrienne, il y a deux ans et demi. Principal soutien du régime de Damas auquel elle livre des armes, la Russie exploite depuis la période soviétique une base militaire dans le port de Tartous, à 220 km au nord-ouest de Damas. À la suite d'une attaque à l'arme chimique dans la banlieue de Damas le 21 août, attribuée par les Américains au régime du président Bachar el-Assad, Barack Obama a demandé au Congrès américain de voter en faveur de frappes aériennes en Syrie. La Russie s'y oppose vigoureusement.

(L'essentiel Online/AFP)