Cybercriminalité

13 avril 2015 14:54; Act: 13.04.2015 16:53 Print

Un logiciel malveillant transitait par le Luxembourg

Deux grands réseaux de malwares ont été démantelés au début du mois. L’un d’eux passait par le Grand-Duché.

storybild

«Simda» a infecté 770 000 ordinateurs dans 190 pays.

op Däitsch
Une faute?

Le botnet «Simda», qui a infecté 770 000 ordinateurs dans quelque 190 pays depuis plusieurs années, a été neutralisé grâce à une série d’actions coordonnées des polices nationales et d’éditeurs tels Microsoft, Kaspersky et Trend Micro. Le tout sous la houlette d’Interpol. La mutualisation d’un certain nombre de ressources a conduit à la création d’une carte de propagation du virus. Outil qui a ensuite permis la saisie d’une dizaine de serveurs aux États-Unis, en Russie mais également en Pologne et au Luxembourg . «Simda» permettait la récolte de données personnelles, notamment des mots de passe bancaires. «Le succès de cette opération: démontrer la valeur et la nécessité de la coopération entre l’application des lois nationales et internationales avec le secteur privé», a indiqué Sanjay Virmani, directeur d’Interpol Digital Crime Centre (IDCC) qui lutte contre la cybercriminalité.

À noter qu’un autre botnet a également été démantelé récemment. Intel Security a en effet annoncé lundi avoir participé à une opération internationale de police visant une organisation criminelle responsable de la prolifération d’un réseau d'ordinateurs utilisés à l'insu de leur propriétaire pour des activités illégales. La division de sécurité informatique du groupe américain Intel a identifié cette menace baptisée «Beebone» en mars 2014 et accumulé des informations à son sujet durant six mois avant de se tourner vers les agences internationales de lutte contre le cybercrime. Elle a notamment collaboré avec le centre de cybercriminalité européen d'Europol (EC3), le FBI, et les autorités néerlandaises.

100 000 infections dans 195 pays

Début avril, une action coordonnée des forces de l'ordre au niveau mondial, à laquelle a également participé la firme de sécurité informatique russe Kaspersky, a permis de mettre un terme aux activités de «Beebone», en enregistrant, suspendant ou saisissant les noms de domaine par le biais desquels il communiquait. Au point le plus haut relevé l'an passé, Intel Security a détecte 100 000 infections dans 195 pays, en majorité aux États-Unis, mais ce chiffre était probablement bien plus élevé.

Le cybercrime coûte 400 milliards de dollars (380 milliards d'euros) par an à l'économie mondiale, selon un rapport commandé en 2014 par Intel Security au groupe de réflexion CSIS (Center for strategic and international studies).

(MC/L'essentiel/AFP)