1er président du Cap-Vert

22 septembre 2011 15:36; Act: 22.09.2011 15:58 Print

Décès d'Aristides Pereira au Portugal

Aristides Maria Pereira, premier président de la République du Cap-Vert de 1975 à 1991, est décédé à l'âge de 87 ans, jeudi à Coimbra, (centre du Portugal).

Une faute?

L'ancien chef d'État de l'archipel africain se trouvait depuis début août au Portugal, où il a été opéré à la suite d'une fracture du col du fémur, a précisé l'agence Lusa. Il était diabétique et souffrait de problèmes cardiaques. En visite au Portugal, le nouveau président du Cap-Vert Jorge Carlos Fonseca, investi le 9 septembre dernier, a exprimé sa «profonde consternation» et annoncé qu'un deuil national de cinq jours avait été décrété «après la disparition d'une personnalité marquante de notre histoire récente». Le président portugais Anibal Cavaco Silva a également salué «une personnalité majeure de l'histoire du Cap-Vert», dans un message de condoléances publié par le palais présidentiel.

Né en 1923 sur l'île de Boavista, Artistides Pereira, technicien-télégraphiste, a fondé en 1956 le PAIGC (Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et des îles du Cap-Vert), avec Amilcar Cabral et son frère Luis. Pendant la guerre d'indépendance, Amilcar Cabral est tué le 20 janvier 1973 à Conakry par un commando du PAIGC, sans doute manipulé par la police politique portugaise, tandis qu'Aristides Pereira, considéré comme son bras droit, échappe de justesse à cette attaque.

Le 5 juillet 1975, lors de la déclaration d'indépendance de la République du Cap-Vert, il est élu président de la République par l'Assemblée nationale. Candidat du Parti africain de l'indépendance du Cap-Vert (PAICV - parti unique), il est réélu à l'unanimité par l'Assemblée nationale en janvier 1986. En 1991, alors qu'il est candidat à sa propre succession et que le scrutin se déroule pour la première fois au suffrage universel, il est remplacé par Antonio Mascarenhas Monteiro et met fin à son activité politique.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • António A. L. Tavares le 22.09.2011 19:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la fin d'une page de histoire du Cap Vert. Il est et será aussi une figure qui a marqué plusieurs momment historique de notre pays. Avec les Eupopéén de l'Afrique du Soud RACISTE/XENOPHOBE ET SEGREGACIONISTE, Cap Vert a toujours pris saposition... Aujourd'hui c'est un pays ouvert au monde et son peuple sont partout... Avec une mentalité ouvert...Il a fait de l'Education la Base de son Dével

  • CABOMAN le 22.09.2011 17:31 Report dénoncer ce commentaire

    UN GRAND HOMME DU CAP VERT NOUS A QUITTER ADIEUX MR LR PRESIDENT

Les derniers commentaires

  • António A. L. Tavares le 22.09.2011 19:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la fin d'une page de histoire du Cap Vert. Il est et será aussi une figure qui a marqué plusieurs momment historique de notre pays. Avec les Eupopéén de l'Afrique du Soud RACISTE/XENOPHOBE ET SEGREGACIONISTE, Cap Vert a toujours pris saposition... Aujourd'hui c'est un pays ouvert au monde et son peuple sont partout... Avec une mentalité ouvert...Il a fait de l'Education la Base de son Dével

  • CABOMAN le 22.09.2011 17:31 Report dénoncer ce commentaire

    UN GRAND HOMME DU CAP VERT NOUS A QUITTER ADIEUX MR LR PRESIDENT