État islamique

16 février 2016 09:38; Act: 16.02.2016 11:31 Print

Un justicier fantôme exécuterait les jihadistes

Trois chefs de Daech ont été abattus en l'espace de 10 jours, le mois dernier en Libye. Des assassinats menés par un mystérieux justicier qui agirait pour son propre compte, selon une rumeur insistante.

storybild

En Libye, la mort de trois dirigeants du groupe État islamique serait l’œuvre d'un «sniper fantôme» agissant pour son propre compte. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

La rumeur court depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. Elle ressemble fort à une légende urbaine, relève L'Obs, mais elle intrigue sérieusement les médias locaux ainsi que les internautes. En Libye, la mort de trois dirigeants du groupe État islamique serait l’œuvre d'un «sniper fantôme» agissant pour son propre compte. Le mystérieux justicier aurait tué trois chefs de l'EI en l'espace de dix jours, dans la ville de Syrte, contrôlée par les jihadistes.

Le «sniper fantôme» compte à son tableau de chasse Abdullah Hamad Al-Ansari, commandant de la ville d'Oubari, Abou Mohammed Dernawi et Hamad Abdel Hady, un responsable de l'EI et membre d'un tribunal de la charia. Tués respectivement les 23, 19 et 13 janvier, les trois hommes ont été abattus d'une balle dans la tête tirée d'une longue distance.

Pour l'heure, le ou les auteurs de ces meurtres n'ont pas été identifiés. Les médias locaux évoquent un homme originaire de Misrata, ville qui avait participé à la chute de Khadafi en 2011 et qui constitue, aujourd'hui, un dernier rempart à l'avancée de Daech dans la région. Mais selon le Daily Star, le sniper fantôme n'est autre qu'un ancien tireur d'élite du SAS (Special Air Service), qui aurait décidé de se lancer seul comme tueur à gages. Le tabloïd assure en avoir eu la confirmation de la bouche d'un membre des services de renseignements britanniques.

«Il y a de nombreux indices indiquant que cet homme a été entraîné par l'armée britannique et il y a une forte présomption qu'il soit un ancien membre des forces spéciales», indique cette source au Daily Star. Depuis la naissance de cette légende, ce serait le branle-bas de combat au sein de Daech. Les jihadistes auraient d'ailleurs lancé une campagne pour essayer de retrouver celui qu'ils appellent «le chasseur». La chaîne Libya al-Hurra, elle, calme le jeu en affirmant que cette histoire de «vengeur masqué» a été imaginée pour couvrir l'un des meurtres.

L'Obs rappelle qu'en 2006, une rumeur semblable avait circulé en marge du conflit en Irak. «Juba, le sniper irakien» abattait en effet les militaires américains, s'attirant les louanges de la population et semant la peur dans le camp américain. Plusieurs vidéos d'assassinats de soldats étaient apparues sur Internet, mais le ou les véritables snipers n'ont jamais été identifiés.

(L'essentiel/joc)