Venezuela

05 janvier 2021 13:01; Act: 05.01.2021 14:21 Print

Maduro installe son pouvoir au Parlement

Le Parlement vénézuélien passe ce mardi aux mains du parti du président Nicolás Maduro. L’opposant Juan Guaido promet de résister.

storybild

Le chef de l'État vénézuélien contrôle désormais aussi le Parlement.

Sur ce sujet
Une faute?

Le parti du président vénézuélien Nicolás Maduro s’installe mardi aux commandes du Parlement, unique institution jusqu’alors aux mains de l’opposition qui avait boycotté le scrutin législatif de décembre, estimant que les garanties de transparence n’étaient pas réunies. Malgré une abstention record et le rejet des résultats par une majeure partie de la communauté internationale, le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir et ses alliés occuperont 256 des 277 sièges du Parlement unicaméral.

La diplomatie américaine avait qualifié le scrutin législatif de «farce politique», l’Union européenne ne l’a pas jugé «crédible», et de nombreux pays sud-américains ont critiqué le manque de «transparence» et l’absence «d’observateurs internationaux». Seule la Russie, avec Cuba, a fait l’éloge d’élections «transparentes».

Résistance

Reconnu par plus de cinquante pays comme président par intérim du Venezuela, le chef de l’opposition Juan Guaido a promis de résister et d’assurer la continuité des travaux des parlementaires élus en 2015. Les membres de l’opposition ont approuvé le 26 décembre la «continuité» de l’ancienne Assemblée nationale qui fonctionnera à travers une «commission déléguée jusqu’à ce qu’aient lieu des élections présidentielle et parlementaires libres».

«La continuité constitutionnelle du Parlement n’est pas un caprice, c’est un devoir puisqu’il n’y a pas eu d’élection», a affirmé Juan Guaido dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Cependant, «cette continuité administrative n’a pas de fondements légaux constitutionnels», souligne le politologue Jesus Castillo-Molleda. Le directeur de l’institut de sondage Datanalisis, Luis Vicente Leon, se demande si cette continuité «permettra ou non le maintien d’un soutien international» à l’opposition et à Juan Guaido.

Jeu de pressions

Le président américain sortant Donald Trump a été le principal allié de Juan Guaido. Sous son administration, la Maison-Blanche a imposé de lourdes sanctions financières au Venezuela et à sa compagnie pétrolière d’État PDVSA pour tenter d’évincer Nicolás Maduro du pouvoir.

Pour le leader socialiste, qualifié de «dictateur» par l’administration américaine, «la politique de Donald Trump sur le Venezuela a échoué lamentablement». Il a déjà lancé plusieurs appels au dialogue à l’adresse du futur pensionnaire de la Maison-Blanche, le démocrate Joe Biden.

(L'essentiel/AFP)