Japon

14 juin 2018 08:17; Act: 14.06.2018 11:17 Print

L'autre centrale de Fukushima démantelée?

Le site, moins touché que la première centrale par le tsunami de 2011, pourrait lui aussi être démantelé, selon son epxloitant, le Japonais Tepco.

storybild

Le site de Fukushima Daini avant le tsunami.

Sur ce sujet

La compagnie japonaise d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) étudie «concrètement» le démantèlement de la deuxième centrale nucléaire de la préfecture de Fukushima, moins connue que la première mais elle aussi touchée par le tsunami de mars 2011. Tepco n'avait jusqu'à présent rien décidé pour Fukushima Daini (numéro 2), site qui compte 4 réacteurs, même si, pour la plupart des experts, il n'est pas envisageable de relancer ces installations pour des raisons psychologiques et techniques.

La possibilité du démantèlement «a été évoquée ce matin par le PDG de notre entreprise lors d'une rencontre avec le gouverneur de Fukushima», a expliqué un porte-parole de Tepco. «Nous allons étudier concrètement le démantèlement de tous les réacteurs», a déclaré le président Tomoaki Kobayakawa, selon le service de presse de Tepco. Si le démantèlement de Fukushima Daini était décidé, la totalité des dix réacteurs de la préfecture disparaîtrait, Fukushima Daiichi en comptant six.

Après le violent séisme du 11 mars 2011, au large de la côte nord-est du Japon, un gigantesque raz-de-marée a détruit le rivage et ravagé la centrale Fukushima Daiichi, provoquant l'accident atomique le plus grave depuis celui de Tchernbobyl en URSS en 1986. L'eau a aussi envahi la deuxième centrale, Fukushima Daini, mais, contrairement à ceux de Fukushima Daiichi, les systèmes de refroidissement de Daini n'ont pas été saccagés et le drame y a été évité.

Dans les deux cas, le démantèlement des installations est un travail de titan qui prendra des décennies et engloutira des sommes considérables, la plus dure tâche étant l'extraction du combustible fondu de trois des six réacteurs de Fukushima Daiichi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 14.06.2018 09:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un travail qui prendra des décennies et coûtera des milliards et des milliards il faut bien réfléchir si on veut garder des centrales nucléaires partout en Europe en France et en Belgique ...

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 14.06.2018 09:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un travail qui prendra des décennies et coûtera des milliards et des milliards il faut bien réfléchir si on veut garder des centrales nucléaires partout en Europe en France et en Belgique ...

    • Claude Samyn le 14.06.2018 16:34 Report dénoncer ce commentaire

      Dans tous les cas, il faudra un jour démanteler ces centrales. En Belgique, elles sont programmées et en théorie, on a payé le démantèlement dans le prix de l'électricité, mais l'argent a-t'il été épargné à cette fin ou redistribué ?