Aux États-Unis

23 octobre 2017 20:45; Act: 23.10.2017 21:06 Print

238 villes sont candidates pour le 2e QG d'Amazon

Amazon, qui cherche une ville pour installer un second siège, a reçu 238 propositions venant de localités situées dans toute l'Amérique du Nord.

storybild

Les villes candidates espèrent de grosses retombées économiques et sociales. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

La société née à Seattle, où elle emploie plus de 40 000 personnes dans 33 bâtiments, a lancé un appel d'offres en septembre pour ce second siège, surnommé «HQ2» et censé être l'équivalent de celui de Seattle, dans l'État de Washington (nord-ouest).

Amazon avait appelé les villes intéressées à soumettre leurs propositions jeudi dernier au plus tard. Lundi, Amazon a indiqué sur son site Internet avoir reçu «238 propositions venant de villes et de régions situées dans 54 États, provinces, districts et territoires à travers l'Amérique du Nord».

Un colosse aux activités diversifiées

Amazon compte investir 5 milliards de dollars pour ce siège où seront rassemblés à terme 50 000 employés, laissant espérer de grosses retombées économiques et sociales pour la ville choisie. Depuis la publication de cet appel d'offres, de nombreuses villes se sont lancées dans une véritable course et beaucoup promettent de gros avantages fiscaux pour attirer le groupe de Jeff Bezos.

Amazon veut installer son siège dans une zone urbaine habitée par plus d'un million de personnes. Le groupe prendra sa décision l'an prochain. Parmi les candidates déclarées: Chicago, New York, Philadelphie, Atlanta, Boston ou Los Angeles, mais aussi de villes moyennes comme Newark (New Jersey, tout près de New York), la ville universitaire d'Austin (Texas), ou encore Birmingham (Alabama) ou Pittsburgh, deux villes symboles de la désindustrialisation tant décriée par Donald Trump.

Au Canada, Toronto, Montréal et Vancouver sont également sur les rangs. Le groupe, d'abord libraire en ligne à sa naissance en 1994, est depuis devenu un colosse aux activités très diversifiées: commerce en ligne mais aussi service de vidéo en streaming, ou informatique dématérialisée («cloud»), entre autres.

(L'essentiel/afp)