Confusion au Zimbabwe

15 novembre 2017 07:19; Act: 15.11.2017 11:30 Print

Le chef de l'armée «défie» Robert Mugabe

Des échanges de tirs près de la résidence du président Mugabe ont alimenté dans la nuit les rumeurs sur un possible putsch.

storybild

Ces heurt dans la capitale Harare surviennent à un moment de grande tension entre les officiels de l'armée (ici Constantino Chiwenga) et le président Mugabé. (Image d'archive)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Des soldats zimbabwéens se sont déployés dans la nuit de mardi à mercredi dans les rues de la capitale Harare et se sont emparés du siège de la télévision publique. Des officiers ont toutefois démenti qu'une tentative de coup d'Etat était en cours. Le président Robert Mugabe et «sa famille sont sains et saufs et leur sécurité est garantie», a déclaré un général qui lisait un message à la télévision nationale, alors que des échanges de tirs ont été entendus près de sa résidence. Il a assuré que l'opération de l'armée visait «des criminels» de l'entourage du chef de l'Etat. «Dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale», a-t-il ajouté.

Robert Mugabe, 93 ans, qui règne sans partage sur le pays depuis son indépendance en 1980, est engagé dans un bras de fer sans précédent avec le chef de l'armée, qui a dénoncé lundi sa décision de limoger le vice-président du pays, Emmerson Mnangagwa.

Se «mettre à l'abri»

Un journaliste de Reuters a vu des véhicules blindés de transport de troupes circuler dans les principales rues entourant la capitale. Des soldats agressifs ont ordonné à des voitures de continuer à circuler. «Peu après 02h00 du matin, nous avons entendu environ 30 à 40 coups de feu tirés pendant trois à quatre minutes en provenance de la maison» de Robert Mugabe, a déclaré sous couvert de l'anonymat à l'AFP un résident du quartier de Borrowdale.

Sur son site internet, l'ambassade des Etats-Unis au Zimbabwe a cependant annoncé qu'elle recommandait aux citoyens américains de se «mettre à l'abri» et a ordonné à ses employés de rester chez eux en raison des «incertitudes politiques en cours». Le gouvernement britannique a également recommandé à ses ressortissants présents à Harare de rester chez eux jusqu'à ce que la situation politique se clarifie.

Longtemps considéré comme le dauphin du président Mugabe et favori pour lui succéder, l'ancien vice-président Mnangagwa, 75 ans, a été humilié et démis de ses fonctions, après un bras de fer avec la première dame, Grace Mugabe. Il a fui le pays. Figure controversée connue pour ses accès de colère, Mme Mugabe, 52 ans, compte de nombreux opposants au sein du parti et du gouvernement. Avec le limogeage de M. Mnangagawa, elle se retrouve en position idéale pour succéder à son époux. A la tête depuis 37 ans d'un régime autoritaire et répressif, Mugabe a été investi par la Zanu-PF pour la présidentielle de 2018, malgré son grand âge et sa santé fragile. Sous son régime, le Zimbabwe s'est considérablement appauvri et traverse une grave crise économique.

Situation inédite

La sortie publique lundi du général Chiwenga, 61 ans, contre le gouvernement est inédite, tout comme la présence de chars dans les rues. Le chef de l'armée «Chiwenga a défié Mugabe (...) il est clair que nous observons ici quelque chose de nouveau», a commenté à l'AFP l'analyste Derek Matyszak, de l'Institut pour les études de sécurité (ISS) de Pretoria. Le général Chiwenga et M. Mnangagwa, qui entretient des liens étroits avec l'appareil sécuritaire du pays, ont tous deux été des figures majeures de la lutte pour l'indépendance du Zimbabwe, au côté de M. Mugabe.

Le sort du chef d'état-major de l'armée restait inconnu tôt mercredi matin. Avant même les événements de la nuit, le principal parti d'opposition zimbabwéen, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), s'était clairement positionné par avance contre toute prise du pouvoir par des militaires. «Il n'est pas souhaitable que l'armée prenne le pouvoir. Cela donnera un coup d'arrêt à la démocratie, et ce n'est pas sain pour le pays», a déclaré un haut responsable du parti, Gift Chimanikire. Cette crise «marque une nouvelle étape alarmante dans la course à la succession» de Mugabe, a relevé l'analyste politique Alex Magaisa.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phoenix le 15.11.2017 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Alpha Blondy (célèbre chanteur reggae ivoirien) a dit un jour à un de ses concerts alors que j'étais présent, le problème de l'Afrique, c'est l'africain. Ce continent a toujours et sera toujours dirigé par des dictateurs ou la corruption est de mise à tous les niveaux du système étatique. Un beau gâchis...

Les derniers commentaires

  • Phoenix le 15.11.2017 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Alpha Blondy (célèbre chanteur reggae ivoirien) a dit un jour à un de ses concerts alors que j'étais présent, le problème de l'Afrique, c'est l'africain. Ce continent a toujours et sera toujours dirigé par des dictateurs ou la corruption est de mise à tous les niveaux du système étatique. Un beau gâchis...