Incendie en Turquie

29 juillet 2021 11:33; Act: 29.07.2021 12:23 Print

Trois morts et des dizaines de quartiers évacués

Un feu de forêt a atteint les zones habitées situées à proximité d'un site touristique du sud de la Turquie, faisant trois morts.

Sur ce sujet
Une faute?

Le feu qui a commencé mercredi, dans une forêt de Manavgat, dans la province d'Antalya, a rapidement atteint les zones habitées en raison de vents violents, ravageant les maisons, les champs, les lieux de production agricoles sous serre et les étables de plusieurs villages. L'incendie a causé la mort de trois personnes, dont une femme âgée de 82 ans qui n'a pas pu quitter son habitation, où elle vivait seule avant l'arrivée des flammes.

Face à la progression du feu, qui a atteint la localité voisine d'Akseki, les autorités ont évacué 18 villages et districts. Quelque 122 personnes, en majorité des habitants affectés par les fumées et trois souffrant de brûlures, ont été hospitalisées. 58 d'entre elles recevaient toujours des soins jeudi matin. Dix personnes qui étaient restées bloquées sur un bateau dans un lac de barrage entouré par le feu ont été sauvés jeudi par des équipes de secours.

«Tout le soutien nécessaire sera donné à nos citoyens qui ont souffert de l'incendie», a déclaré mercredi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a promis une enquête poussée. Des centaines d'ouvriers forestiers, aidés par des hélicoptères et un avion, tentent de maîtriser l'incendie.

«Le départ fait penser à un incendie criminel»

La chaîne de télévision d'information NTV a diffusé les images d'une vingtaine de maisons vides et carbonisées, dont certaines continuaient de brûler. Les sites touristiques ne sont en revanche pas menacés, a assuré le maire de la ville d'Antalya - dont dépend administrativement Manavgat et située à 66 km de distance - Muhittin Bocek, cité par l'agence de presse étatique Anadolu.

«Le départ de l'incendie à partir de quatre points différents fait penser à un incendie criminel. Mais nous n'avons pas d'informations claires pour le moment à ce sujet», a ajouté M. Bocek.

(L'essentiel/AFP)