À Pyeongchang

19 janvier 2018 15:40; Act: 19.01.2018 15:54 Print

Une station de ski fantôme hante les JO

À seulement une heure de route des jeux d'hiver en Corée du Sud, matelas tâchés et vieux bidons en plastique jonchent le sol d'une station de ski à l'abandon.

storybild

Le tentatives pour rouvrir la station de Heul-ri avec de nouveaux financements ont fait chou blanc. (photo: AFP/ed Jones)

Sur ce sujet

L'endroit au nom quelque peu grandiloquent de Alps Ski Resort fut l'une des premières destinations de sports d'hiver en Corée du Sud, visitée par des dizaines de milliers de skieurs chaque année jusqu'à sa fermeture soudaine en 2006. La Corée du Sud vient de consacrer 655 millions d'euros aux installations des JO de Pyeongchang. Mais en l'absence de projet de reconversion concret pour plusieurs d'entre eux, le Comité international olympique a déclaré que l'héritage de la compétition devait être une "priorité". La situation de l'ancienne station de Heul-ri, minuscule localité d'environ 250 habitants dans le nord-est du pays, proche de la Zone démilitarisée qui divise la péninsule, n'incite guère à l'optimisme. Au bas des pistes mangées par les mauvaises herbes, des bâtiments décatis. Quelques télésièges rouge vif pendent aux câbles. Les villageois sont amers.

"C'est complètement en ruines", se lamente Oh Geum-Sik, qui avait jadis un magasin de location de skis. "Toutes les entreprises sont mortes ou presque". Avec ses 1.052 mètres d'altitude, la station se vantait de détenir le record national d'enneigement naturel. Les skieurs se rendaient à Heul-ri bien avant l'ouverture de la station dans les années 1980, grimpant laborieusement les pentes pour un bref moment de glisse. Quelques athlètes d'élite ont grandi dans sa neige abondante, dont Jung Dong-Hyun qui disputera les épreuves de ski alpin à Pyeongchang. Les habitants se rappellent le bon vieux temps où les voitures encombraient les rues chaque weekend. Les skieurs venus d'aussi loin que la Chine et le Sud-Est asiatique se pressaient sur les huit pistes de la station. Environ 30% de la clientèle était étrangère. Mais confronté à la concurrence de rivaux moins chers et à leurs installations plus neuves, le propriétaire a fait faillite, d'après un responsable du comté de Goseong. Heul-ri est resté sur le carreau.

Un pour cent d'espoir

"La fermeture m'a probablement coûté 700 millions de wons (540.000 euros)", dit Koo Jae-Kwan, arrivé au village voici 16 ans pour y ouvrir un café et un magasin de location. Aujourd'hui, une horloge rouillée est coincée sur 06H50, trois chiens de garde aboient furieusement à la vue des rares visiteurs. Une bannière proclamant "La satisfaction du client commence maintenant" pend au-dessus d'une piscine vide. Selon l'Association des stations de ski coréennes, les destinations de sport d'hiver doivent composer avec la petite taille des pistes, des températures parfois glaciales et la concurrence intense du Japon. La plupart ont du mal, dit un responsable à l'AFP. "Il y a eu une baisse du nombre de visiteurs et un certain nombre de stations ont fermé", dit-il. Pékin a en outre interdit l'année dernière les voyages organisés en Corée du Sud à cause d'une brouille sur un bouclier antimissiles américain, ce qui a porté un coup énorme au plus gros marché des stations.

"Ce qui se passera après les JO nous inquiète", ajoute le responsable. "Pour l'instant, le gouvernement fait de gros efforts pour stimuler le ski. Mais même maintenant, l'industrie du ski ne renaît pas vraiment, et tout ça va s'arrêter après les jeux". Les tentatives pour rouvrir la station de Heul-ri avec de nouveaux financements ont fait chou blanc. Le groupe coréen Alps Seven Resort avait promis d'investir 80 milliards de wons pour rénover les pistes existantes, construire de nouveaux logements ainsi qu'un parc à thème, dernier projet de résurrection en date, selon un document officiel. Mais l'investisseur a raté les échéances et le projet a été jeté aux orties. Si son plan avait abouti, la station rénovée aurait ouvert ses portes le mois dernier, juste à temps pour les jeux Olympiques. "Peut-être que l'une des compétitions de ski aurait pu se tenir ici", regrette le maire du village Shin Dong-Gil. Alps Seven n'a pu être joint. A présent, Oh Geum-Sik gagne sa vie en cultivant des poivrons mais il a conservé ses 250 panoplies de skieur, espérant pouvoir un jour les relouer. Comme la neige au soleil, les espoirs des habitants fondent cependant petit à petit. "Je ne crois pas qu'elle rouvrira un jour", dit M. Koo, qui a remisé son commerce au placard. "Il y a un pour cent d'espoir. C'est la seule chose à laquelle je m'accroche."

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • DieselCLavie le 20.01.2018 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    que les JO utilisent les infrastructures existantes, ou qu'on les rénove et basta ! l'argent des JO serait mieux investi ailleurs. et tous les athlètes qui participent cautionnent ce gaspillage et toutes ces magouilles ! honte a vous tous !

  • Alric le 20.01.2018 01:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les JO sont des boués au service de politique d'echec et de corruption dans chaque pays ou ils passent. L'esprit Coubertin a certainement disparu avec lui depuis longtemps maintenant. du 'blanchiement légal', rien de plus.

  • Mobiliteit le 20.01.2018 13:50 Report dénoncer ce commentaire

    La Corée du Sud aurait pu démonter cette infrastructure et la vendre à François Bausch pour la reconvertir en funiculaire du Pfaffenthal... ça aurait été plus écolo et plus en adéquation avec une politique de "développement durable"

Les derniers commentaires

  • Du balais le 20.01.2018 15:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les installations des JO laissés à l’abandon sont monnaie courante. Suffit de voir ces installions à Athènes en 2004 ou plus récemment à Rio. Tout cet argent public gaspillé pour rien...

  • Note à la rédactiion le 20.01.2018 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    La vidéo que vous avez postée me renvoie un message d'erreur m'indiquant qu'elle contient du contenu de l'AFP, qui en a bloqué la diffusion où je me trouve, c-à-d à Luxembourg en accèdant à internet via POST. Cette vidéo ne semble donc pas visible au Luxembourg.

  • Mobiliteit le 20.01.2018 13:50 Report dénoncer ce commentaire

    La Corée du Sud aurait pu démonter cette infrastructure et la vendre à François Bausch pour la reconvertir en funiculaire du Pfaffenthal... ça aurait été plus écolo et plus en adéquation avec une politique de "développement durable"

  • DieselCLavie le 20.01.2018 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    que les JO utilisent les infrastructures existantes, ou qu'on les rénove et basta ! l'argent des JO serait mieux investi ailleurs. et tous les athlètes qui participent cautionnent ce gaspillage et toutes ces magouilles ! honte a vous tous !

  • Alric le 20.01.2018 01:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les JO sont des boués au service de politique d'echec et de corruption dans chaque pays ou ils passent. L'esprit Coubertin a certainement disparu avec lui depuis longtemps maintenant. du 'blanchiement légal', rien de plus.