Maltraitance animale

09 avril 2018 10:21; Act: 09.04.2018 10:30 Print

50 000 moutons en rade à cause d'une vidéo

Les autorités australiennes ont immobilisé un bateau transportant des moutons vers le Moyen-Orient. Les associations de protection animales dénoncent la maltraitance.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Un cargo qui devait emporter plus de 50 000 moutons vivants au Proche-Orient a été immobilisé avant son appareillage d'Australie, après la diffusion d'une vidéo montrant les conditions déplorables à bord. L'Australie exporte chaque année pour plus de 800 millions de dollars australiens (500 millions d'euros) d'animaux vivants, un secteur lucratif de plus en plus mis en cause par les défenseurs du bien-être animal.

La dernière vidéo en date, filmée à bord du cargo battant pavillon panaméen Awassi Express au cours de cinq voyages l'an dernier entre l'Australie, le Qatar, le Koweït et Oman, a été diffusée par l'association Animals Australia. Elle montre des bêtes entassées dans des enclos, agonisant dans leurs excréments et peinant à respirer dans des réduits mal ventilés et trop chauds. «Ils mouraient sous nos yeux», a déclaré Faisal Ullah, un diplômé de l'académie de marine du Pakistan, qui a filmé les vidéos. «Un par un, les uns après les autres, c'était comme mettre des animaux vivants au four», a-t-il raconté à la chaîne Channel Nine, qui a diffusé dimanche les images et raconté que les animaux étaient entassés sur les 10 niveaux du bateau.

Faisal Ullah a rapporté que des agneaux nés pendant le trajet mouraient et étaient jetés par dessus bord, alors que théoriquement, les femelles en gestation ne doivent pas être exportées. L'Autorité australienne de la sécurité maritime (Amsa) a affirmé lundi que des milliers de moutons avaient péri. L'Awassi Express, qui devait quitter cette semaine Fremantle, dans l'ouest de l'Australie, vraisemblablement à destination du Qatar et du Koweït, a été immobilisé par l'Amsa. Son inspection ayant suscité «des inquiétudes quant à la circulation de l'air dans certains enclos».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Juste mon avis le 09.04.2018 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    Gandhi disait "On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités." Rien à ajouter...à part que nous traitons nos animaux de la même façon dans nos contrées! Pour le reste je vous laisse juger...

  • Angelo51 le 09.04.2018 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une vraie horreur humaine. Bravo à l’officier de bord pour son courage. Par ailleurs une fois arrivés à destination les pauvres survivants auraient dû encore subir un égorgement halal. On peut pas aussi se demander si après toutes ces souffrances et avoir côtoyé des cadavres la viande est encore propre à la consommation.

  • Guiton Simpleu le 09.04.2018 11:26 Report dénoncer ce commentaire

    Non à l'exploittation des bedos!

Les derniers commentaires

  • facochere le 10.04.2018 02:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autant que je sache, les hommes préhistoriques peignaient dans les grottes des animaux et pas des bottes de poireaux. Nous sommes omnivores !

  • Angelo51 le 09.04.2018 22:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il la mange sur place pas après lui avoir infligé 6 semaines de voyage. C’est le cycle de la nature et la course à qui court le plus vite. Le plus choquant dans la vidéo était le propriétaire de la compagnie maritime qui se gavait de champagne en regardant ses bourrins gagner le grand prix.

  • Grand Maître le 09.04.2018 19:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @dimitri,bien dit.

  • Josh Franck le 09.04.2018 14:09 Report dénoncer ce commentaire

    Le mouton c'est pas bon!

  • Dimitri Fonsch le 09.04.2018 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Liberez nos camarades!