À Hong Kong

11 mai 2019 20:46; Act: 11.05.2019 20:49 Print

6 000 porcs à l'abattoir à cause d'un cas de peste

La détection d'un animal, contaminé par la peste porcine, a décidé les services sanitaires de Hong Kong à ne pas faire dans le détail.

storybild

Photo d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

Hong Kong va abattre 6 000 porcs après la détection d'un premier cas de peste porcine africaine dans un abattoir près de la frontière avec la Chine, a-t-on indiqué vendredi de source officielle. «Tous les porcs de l'abattoir concerné seront abattus afin de diminuer le risque de propagation du virus», a déclaré Sophia Chan, responsable du département «Alimentation et Santé» de la ville. Elle a précisé avoir ordonné des mesures de nettoyage et désinfection.

Le porc contaminé avait été importé d'une ferme située dans la province chinoise de Guangdong (sud), a-t-elle précisé. La viande de porc est un aliment de base dans la cuisine chinoise. Hong Kong importe quotidiennement 4000 porcs vivants depuis la Chine, contre seulement 200 porcs arrivant sur le marché de la ville en provenance des fermes locales.

Précédente propagation

Après la propagation de la peste porcine dans plus de la moitié des provinces de la Chine l'année dernière, Hong Kong a imposé des interdictions d'importation depuis toutes les fermes chinoises où le virus a été détecté.

Les autorités chinoises ont indiqué que des centaines de milliers de porcs avaient été abattus afin de contenir la propagation du virus, mesure accompagnée d'une interdiction de déplacer des porcs depuis les régions affectées. Le virus n'est pas dangereux pour l'être humain mais est fatal pour les porcs et les sangliers.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.