Russie-Ukraine

07 septembre 2019 13:00; Act: 07.09.2019 13:08 Print

70 prisonniers libéré, dont Oleg Sentsov

L'Ukraine et la Russie ont échangé samedi 70 prisonniers, 35 de chaque côté. Le cinéaste ukrainien fait partie de ceux qui sont rentrés au pays.

storybild

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov a été arrêté en 2014 et condamné à 20 ans pour préparation «d'attaques terroristes» après l'annexion de la Crimée par Moscou.

Sur ce sujet
Une faute?

Un échange historique de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie s'est déroulé samedi, impliquant soixante-dix personnes en tout, un moment très attendu alors que les deux pays sont à couteaux tirés depuis 2014.

Une source gouvernementale ukrainienne a affirmé à l'AFP que l'échange concernait 35 prisonniers de chaque pays. Plusieurs prisonniers d'envergure devraient faire partie de l'échange. Une source gouvernementale a affirmé que le cinéaste et militant politique ukrainien Oleg Sentsov était l'un d'entre eux. Son emprisonnement avait provoqué une campagne internationale demandant sa libération.

Prison de haute sécurité

Plus tôt dans la journée, la télévision d'État russe a diffusé des images d'autocars quittant la prison de Lefortovo à Moscou, indiquant que le convoi était parti «dans le cadre des préparatifs pour un échange de prisonniers». Des correspondants de l'AFP sur place ont vu deux cars aux vitres teintées quitter, sous protection policière, la prison de haute sécurité.

Un peu plus tard, la même chaîne a annoncé que les autocars étaient arrivés à l'aéroport moscovite de Vnoukovo, dont une partie est réservée aux vols gouvernementaux, et qu'un avion du gouvernement russe avait atterri à l'aéroport Borispol de Kiev. Le président russe Vladimir Poutine avait annoncé jeudi un prochain échange «massif» de prisonniers entre les deux pays, sans préciser de date.

Vers la normalisation

Cette mesure, avait-il affirmé, sera «un grand pas vers la normalisation des relations» entre les deux pays, après l'arrivée au pouvoir en Ukraine de l'ancien comédien Volodymyr Zelensky en mai. Mais Moscou a eu du mal à se mettre d'accord avec Kiev sur les noms des prisonniers qui seraient échangés, avait-il ajouté.

La semaine dernière, les médias avaient annoncé qu'un échange était imminent, et que certains prisonniers ukrainiens avaient été transférés de leur prison vers celle de Lefortovo à Moscou. Mais les préparatifs avaient ensuite semblé s'arrêter.

Les plus connus

Le prisonnier ukrainien en Russie le plus célèbre est le cinéaste et militant politique Oleg Sentsov, 43 ans, qui a été arrêté en 2014 et condamné à 20 ans dans un camp de la région arctique russe pour préparation «d'attaques terroristes» après l'annexion de la Crimée par Moscou. Certains médias avaient annoncé la semaine dernière qu'il avait été transféré à Moscou.

En échange, l'Ukraine pourrait relâcher Kyrylo Vyshynsky, 52 ans, un journaliste russo-ukrainien de l'agence russe Ria Novosti, arrêté en 2018 à Kiev et inculpé pour «haute trahison» au profit de Moscou.

24 marins ukrainiens

Parmi les autres prisonniers figurent 24 marins ukrainiens dont la Russie a capturé les navires au large de la Crimée en novembre dernier au cours du plus grave affrontement direct entre les deux pays depuis des années. Leur avocat a annoncé dans la matinée qu'ils figuraient parmi les prisonniers qui doivent être échangés. «Selon mes informations, ils sont à bord d'un car. Tous les 24», a déclaré Nikolaï Polozov, ajoutant qu'ils devraient arriver en Ukraine «dans les prochaines heures».

Cette semaine, l'Ukraine a également remis en liberté Volodymyr Tsemakh, un ex-chef militaire des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine. Ancien responsable de la «défense anti-aérienne» des séparatistes de l'est de l'Ukraine, Volodymyr Tsemakh, 58 ans, est considéré comme un «suspect clé» dans l'affaire du MH17 abattu en 2014 par un missile russe au-dessus de l'Ukraine, selon une lettre publiée mercredi et signée par 40 députés européens. Ces 40 députés avaient appelé dans leur lettre le président ukrainien à ne pas livrer Volodymyr Tsemakh à la Russie, qui réfute farouchement son implication dans la catastrophe du MH17, qui avait fait 298 morts, dont une famille résident au Luxembourg.

Premier pas

Cet échange de prisonniers, s'il se déroule jusqu'au bout, sera le premier échange important de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie depuis le début du conflit dans l'est de l'Ukraine en 2014. Le conflit entre l'Ukraine et des séparatistes pro-russes a fait plus de 13 000 morts en cinq ans.

L'arrivée au pouvoir à Kiev de Volodymyr Zelensky a facilité quelque peu les relations entre Kiev et Moscou. Un échange de prisonniers a paru de plus en plus probable ces dernières semaines, et les pourparlers de paix entre la Russie et l'Ukraine, avec la participation de la France et de l'Allemagne, devraient reprendre ce mois-ci.

(L'essentiel/nxp/ats)