Japon

06 août 2019 07:11; Act: 06.08.2019 08:05 Print

74 ans après la bombe, Hiroshima se souvient

Hiroshima, ville qui a subi la première attaque nucléaire de l'histoire, a appelé le Japon à signer le traité de l'ONU sur l'interdiction de l'arme atomique.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Hiroshima, qui a marqué mardi le 74e anniversaire de la première attaque nucléaire de l'histoire, a appelé le Japon à signer le traité de l'ONU sur l'interdiction de l'arme atomique. Rassemblés au mémorial pour la paix, les habitants de la ville ont prié en silence. Ils ont aussi allumé des bougies et posé des couronnes de fleurs en présence du Premier ministre japonais Shinzo Abe, en souvenir de ceux qui furent tués par la bombe larguée le matin du 6 août 1945 par un avion américain.

Le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui, a saisi l'occasion de ces cérémonies pour appeler son pays à ratifier le traité sur l'interdiction des armes nucléaires, approuvé en juillet 2017 par 122 pays, signé depuis par plus de la moitié d'entre eux, mais rejeté par toutes les puissances nucléaires.

«J'appelle le gouvernement du seul pays à avoir l'expérience de l'arme nucléaire en temps de guerre à répondre à la demande des hibakushas (personnes exposées à la bombe) de voir le traité sur l'interdiction des armes nucléaires ratifié», a déclaré Kazumi Matsui. Il a invité les dirigeants du monde entier à venir dans sa ville afin de voir le mémorial de leurs propres yeux. Le pape François devrait s'y rendre cette année.

Deux bombes, au moins 200 000 morts

La menace nucléaire s'est encore rappelée aux esprits le même jour en Asie, avec un nouveau tir de «projectiles non identifiés» par la Corée du Nord, détentrice de l'arme atomique. De leur côté, les États-Unis et la Russie, après six mois d'un dialogue de sourds, ont pris acte, vendredi, de l'abolition du traité INF, accord emblématique de la fin de la guerre froide, qui concerne les missiles d'une portée de 500 à 5 500 km.

Shinzo Abe a réitéré mardi sa promesse de servir de «pont» entre les pays détenteurs de la bombe et ceux qui ne la possèdent pas, afin d'en débarrasser le monde. «Avec une aide des deux côtés, je vais avec patience les encourager au dialogue et je suis résolu à diriger les efforts internationaux dans cette voie», a-t-il déclaré.

La bombe d'Hiroshima, démonstration de force américaine dans un pays tout proche de la capitulation, avait provoqué le jour même et dans les semaines suivantes le décès de 140 000 personnes. Trois jours plus tard une deuxième bombe atomique américaine frappait la ville de Nagasaki, faisant quelque 74 000 morts, sur le coup et ultérieurement sous l'effet des radiations. Le 15 août 1945, le Japon annonçait sa capitulation.

(L'essentiel/afp)