Découverte au Canada

24 juin 2021 20:41; Act: 25.06.2021 11:27 Print

750 tombes trouvées près d’un pensionnat

Jeudi, le Canada devait faire face une nouvelle fois au calvaire subi pendant des décennies par des enfants autochtones dans des établissements scolaires catholiques.

storybild

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a réagi sur Twitter. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une tribu autochtone a annoncé jeudi la découverte lors de fouilles de plus de 750 tombes anonymes sur le site d’un pensionnat au Canada, nouvelle illustration du calvaire subi pendant des décennies par des enfants autochtones dans des établissements scolaires catholiques. Le mois dernier, l’identification des restes de 215 enfants près d’un autre établissement autochtone avait déjà meurtri le pays.

«Nous avons repéré 751 tombes non marquées», sur le site d’un ancien pensionnat hébergeant des enfants autochtones à Marieval, en Saskatchewan, dans l’ouest du Canada, a déclaré jeudi le chef de la nation Cowessess, Cadmus Delorme. «Ce n’est pas une fosse commune, ce sont des tombes non identifiées», a-t-il ajouté. Le Premier ministre Justin Trudeau, qui a dit sa «peine» jeudi dans un communiqué, a estimé que le Canada devait «tirer les leçons de (son) passé et avancer sur le chemin commun de la réconciliation».

Mauvais traitements ou abus

Ces découvertes ravivent le traumatisme vécu par quelque 150 000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays. Nombre d’entre eux ont été soumis à de mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4000 y ont trouvé la mort, selon une commission d’enquête qui avait conclu à un véritable «génocide culturel» de la part du Canada.

Le chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la province de la Saskatchewan, Bobby Cameron, a dénoncé jeudi un «crime contre l’humanité». «Le seul crime qu’on ait jamais commis était d’être nés autochtones», a-t-il affirmé. «Nous trouverons d’autres corps et nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons trouvé tous les enfants», a promis le responsable. Les fouilles autour de cette ancienne école de Marieval avaient débuté fin mai après la découverte des restes de 215 écoliers enfouis sur le site d’un autre ancien pensionnat, celui de Kamloops, en Colombie-Britannique, province la plus à l’ouest du pays.

«Tragique mais pas surprenant»

Cette découverte avait provoqué une onde de choc au Canada et relancé le débat sur ces institutions honnies où les enfants autochtones étaient envoyés de force afin d’y être assimilés à la culture dominante. Elle avait également relancé les appels à l’intention du pape et de l’Église à présenter des excuses pour les abus et violences dont ont souffert les élèves de ces pensionnats. Le souverain pontife s’était toutefois refusé à présenter de telles excuses, provoquant la colère et la frustration des communautés autochtones canadiennes.

De leur côté, les experts en droits humains de l’ONU ont exhorté Ottawa et le Vatican à mener une enquête rapide et complète. «C’est absolument tragique mais pas surprenant», avait réagi dès mercredi soir Perry Bellegarde, chef de l’Assemblée des Premières Nations, qui représente plus de 900’000 autochtones au Canada, sur son compte Twitter. Le pensionnat de Marieval, dans l’est de la Saskatchewan, a accueilli des enfants autochtones entre 1899 et 1997, avant d’être démoli deux ans plus tard et remplacé par une école de jour.

«On nous a fait découvrir le viol»

Interrogé sur la chaîne CBC, un ancien pensionnaire de l’école de Marieval, Barry Kennedy, a estimé que cette nouvelle découverte n’était que la partie émergée de l’iceberg. «J’imagine que, vous savez, d’après les histoires qui ont été racontées par nos amis et camarades de classe, il y a plusieurs endroits (où se trouveraient des sépultures) par école», a-t-il expliqué.

«J’ai eu un ami qui a été traîné au-dehors une nuit, il hurlait», s’est-il souvenu. Il ne l’a plus jamais revu. «Il s’appelait Bryan… Je veux savoir où est Bryan.» «On nous a fait découvrir le viol», a ajouté Barry Kennedy. «On nous a fait découvrir les coups violents. On nous a fait découvrir des choses qui n’étaient pas normales dans nos familles.» Dans la foulée de la découverte des restes d’enfants au pensionnat de Kamloops, des fouilles ont été entreprises autour de plusieurs de ces anciens établissements scolaires partout au Canada, avec le concours des autorités gouvernementales. Plusieurs dirigeants de la communauté autochtone s’attendent à d’autres découvertes macabres dans les prochains mois.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Join by phone:32081209 le 24.06.2021 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    Il doit encore y en avoir plus ou moins 15.000 à trouver aux environs de ces "écoles" au Canada...d'après ce que j'ai pu lire sur le sujet...L'Eglise toute puissante qui s'en "sort toujours"...A quand le jugement?

  • Socrate le 25.06.2021 05:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et une enquête sur tous les directeurs du pensionnat portant sur les 20 dernières années avec appel à témoin ?

  • Anita le 25.06.2021 06:54 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une horreur. D'autant plus que c'est récent. La vérité et la justice doivent être faites. L'église doit s'impliquer et se réformer. Pensez aux victimes, à leur famille et à tout ce peuple. Comment peuvent-ils "réparer" après une telle injustice.

Les derniers commentaires

  • Mad Max le 25.06.2021 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand le jugement???

    • Justice divine le 25.06.2021 14:44 Report dénoncer ce commentaire

      Quand ce sera trop tard. Il y a des complices haut-placés derrière ces horreurs.

  • Join by phone:32081209 le 25.06.2021 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    Merci d'avoir publié, ce n'est en fait que la vérité. D'autres charniers ont déjà été découvert avant celui là...On n'en a pas parlé.

  • Anita le 25.06.2021 06:54 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une horreur. D'autant plus que c'est récent. La vérité et la justice doivent être faites. L'église doit s'impliquer et se réformer. Pensez aux victimes, à leur famille et à tout ce peuple. Comment peuvent-ils "réparer" après une telle injustice.

  • Socrate le 25.06.2021 05:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et une enquête sur tous les directeurs du pensionnat portant sur les 20 dernières années avec appel à témoin ?

  • Join by phone:32081209 le 24.06.2021 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    Il doit encore y en avoir plus ou moins 15.000 à trouver aux environs de ces "écoles" au Canada...d'après ce que j'ai pu lire sur le sujet...L'Eglise toute puissante qui s'en "sort toujours"...A quand le jugement?