Guerre commerciale

27 juillet 2018 07:49; Act: 27.07.2018 11:24 Print

Après l'accord avec l'UE, Trump crie victoire

En déplacement dans l'Iowa, le président américain s'est félicité de l'accord obtenu avec l'UE, devant des agriculteurs.

storybild

Le président américain a célébré, ce jeudi, l'accord obtenu avec l'UE.

Sur ce sujet

Le président américain Donald Trump a crié victoire, jeudi, devant les agriculteurs américains, au lendemain de sa trêve dans la guerre commerciale avec l'UE. Washington et Bruxelles ont annoncé, mercredi, leur volonté de supprimer la quasi-totalité des tarifs douaniers.

«Nous venons d'ouvrir l'Europe pour vous, agriculteurs», a déclaré le président républicain au cours d'une visite d'une ferme dans l'Iowa. Les États-Unis et l'Union européenne (UE) ont désamorcé mercredi la crise née des tarifs douaniers imposés par les États-Unis, en annonçant leur volonté de supprimer la quasi-totalité des tarifs douaniers, ainsi qu'une série de décisions dans l'agriculture, l'industrie et l'énergie.

Si ces mesures doivent encore être formalisées, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, y a vu «une justification réelle de la politique commerciale du président» américain contre les partenaires des États-Unis.

Contours d'un accord définis

«Nous avons eu une longue session de négociation hier (mercredi). Nous avons défini les contours d'un accord et, désormais, nous allons les transformer en un véritable accord», a assuré le secrétaire américain au trésor, Steven Mnuchin, sur CNBC, au lendemain d'une réunion entre le président américain et le chef de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker.

Alors que l'UE est, depuis le 1er juin, sous le coup de taxes douanières punitives américaines de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium, Steven Mnuchin a reconnu que «le premier dossier» à régler était précisément celui concernant les taxes sur l'acier et l'aluminium et les représailles européennes qui ont suivi. Il n'a toutefois pas élaboré la manière dont les deux parties allaient s'y prendre.

Il a également confirmé qu'il n'y aurait pas de taxes douanières sur le secteur automobile européen pendant les négociations. La Maison-Blanche avait chargé Wilbur Ross de déterminer l'opportunité d'imposer des taxes supplémentaires allant jusqu'à 25% sur l'automobile. «L'enquête est toujours en cours» pour les imposer aux pays hors UE, a indiqué Wilbur Ross.

Interrogé sur le calendrier des négociations avec l'UE, M. Ross a déclaré qu'il était «difficile de se prononcer». «Les discussions sur le commerce durent en général des mois», voire des années, a-t-il observé. «Nous allons nous efforcer de les accélérer», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)