Lanceur d'alerte

21 avril 2017 09:31; Act: 21.04.2017 09:40 Print

Arrêter Assange, la «priorité» de Washington

Alors que les fuites d'informations sensibles se multiplient, le ministre américain de la Justice est monté au créneau. Le fondateur de WikiLeaks pourrait être arrêté.

storybild

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen pour un viol présumé en Suède qu'il nie. (photo: Keystone)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange est une «priorité» pour l'administration Trump, qui tente de lutter contre la divulgation d'informations sensibles, a assuré jeudi le ministre américain de la Justice Jeff Sessions. Les médias locaux, citant des responsables américains, font état de rapports indiquant que Washington serait en train d'établir des chefs d'inculpation en vue d'une arrestation de Julian Assange.

«Nous allons intensifier nos efforts en ce qui concerne les fuites, a déclaré le ministre de la Justice Jeff Sessions en conférence de presse. C'est une affaire qui dépasse tout ce que je connais. Nous avons des professionnels qui sont dans la sécurité aux États-Unis depuis des années et qui sont choqués par le nombre de fuites, dont certaines très sérieuses. Nous allons chercher à mettre certaines personnes en prison». Selon le Washington Post, des procureurs ont rédigé ces dernières semaines une note sur les accusations contre Julian Assange et contre des membres de Wikileaks, qui pourraient inclure le complot, le vol de biens de l'État et la violation de la loi fédérale de l'Espionage Act.

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen pour un viol présumé en Suède qu'il nie. Assange craint d'être extradé aux États-Unis, où il risque de lourdes peines pour la publication en 2010 de documents confidentiels militaires et diplomatiques, notamment sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

«Intérêt médiatique»

L'Australien a été interrogé à l'ambassade les 14 et 15 novembre sur cette affaire de viol présumé qui remonte à août 2010. Son cas est revenu sous le coup des projecteurs avec les accusations des agences américaines de renseignement contre la Russie, selon lesquelles Moscou aurait interféré dans la présidentielle américaine au profit de Donald Trump en diffusant notamment sur le site WikiLeaks des documents discréditant la candidate démocrate Hillary Clinton.

La Russie nie catégoriquement toute ingérence dans la campagne électorale américaine. La semaine dernière, pour sa première intervention publique depuis sa nomination par Donald Trump, le nouveau directeur de la CIA Mike Pompeo s'est livré à une violente charge contre WikiLeaks qu'il a qualifié de «service de renseignement hostile», estimant que l'organisation représente une menace pour les démocraties et fait le jeu des dictateurs. La veille de cette attaque, Julian Assange avait publié une tribune dans le Washington Postassurant que son organisation agissait avec la même mission que les journaux les plus respectés, «offrir au public un contenu ayant un intérêt médiatique».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hofcat le 21.04.2017 13:42 Report dénoncer ce commentaire

    C'est donc clair : les USA ne veulent pas que les gens aient accès aux vraies informations?

Les derniers commentaires

  • Hofcat le 21.04.2017 13:42 Report dénoncer ce commentaire

    C'est donc clair : les USA ne veulent pas que les gens aient accès aux vraies informations?

    • Hein le 24.04.2017 18:24 Report dénoncer ce commentaire

      Les USA? Il me semble que c'est pareil dans tous les pays, le nôtre inclus!