Au Nicaragua

16 juillet 2018 07:27; Act: 16.07.2018 10:49 Print

Au moins 10 morts dans de nouveaux affrontements

Les affrontements entre l'armée et les manifestants continuent au Nicaragua. Au moins dix personnes ont été tuées dimanche.

storybild

Dans la nuit de vendredi à samedi, deux jeunes avaient déjà été tués durant une violente attaque menée par les forces pro-gouvernementales contre une église de Managua (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins dix personnes ont été tuées et vingt blessées dans des attaques lancées par les forces gouvernementales, dimanche, dans plusieurs localités aux mains des rebelles dans le sud du Nicaragua. Il s'agit des derniers épisodes en date dans les violences qui secouent depuis trois mois ce pays, le plus pauvre d'Amérique centrale, et qui ont au total fait au moins 282 morts et quelque 2 000 blessés.

Six civils, dont deux mineurs, et quatre policiers ont trouvé la mort dimanche, dans les opérations des forces de police et paramilitaires à Masaya, une ville rebelle assiégée, située à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale Managua, et dans ses environs, selon un bilan provisoire de l'Association nicaraguayenne des droits de l'homme (ANPDH). Les localités de Niquinohomo, Catarina, Diria, Diriomo ont notamment été visées.

«La situation est grave»

Des habitants ont raconté que ces détachements avaient fait usage de pelleteuses aux premières heures du jour pour y détruire des barricades, attaquant leurs défenseurs. «Ils vont détruire (la cité de) Masaya, elle est totalement encerclée», a indiqué Vilma Nunez, la présidente du Centre nicaraguayen pour les droits de l'homme (Cenidh).

«Nous sommes attaqués par la police nationale et des auxiliaires de la police armés d'AK-47 et de mitrailleuses dans notre quartier de Monimbo», dans le sud du département de Masaya, a, quant à lui, déclaré Alvaro Gomez, un habitant. «Nous résistons avec des bombes artisanales et des pierres», a-t-il ajouté. «La situation est grave. Nous devons ouvrir un couloir (humanitaire) pour évacuer les blessés», a pour sa part affirmé Alvaro Leiva, le secrétaire de l'Association nicaraguayenne des droits de l'homme.

Par ailleurs, des paramilitaires ont ouvert le feu sur le véhicule à bord duquel se trouvait Mgr Abelardo Mata, un évêque nicaraguayen qui se dirigeait vers Masaya, ont déclaré des responsables de l’Église catholique, selon lesquels il est sain et sauf. Mgr Mata, très critique envers le gouvernement de Daniel Ortega, est l'un des cinq dignitaires de l’Église qui assurent une médiation entre le gouvernement et l'opposition au Nicaragua.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.