États-Unis

07 février 2018 22:28; Act: 07.02.2018 22:37 Print

Compromis trouvé sur les budgets 2018 et 2019

Les dépenses publiques américaines devraient fortement augmenter dans les deux prochaines années, selon un accord scellé mercredi au Sénat.

storybild

Le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell (à droite) et son homologue démocrate, Chuck Schumer, ont annoncé mercredi cet accord, portant sur les montants des budgets 2018 et 2019. (photo: AFP/Saul Loeb)

Sur ce sujet

Si ce compromis se concrétisait, le président, Donald Trump, obtiendrait la hausse voulue du budget militaire. Mais les républicains ont concédé en échange aux démocrates une augmentation comparable du reste du budget, acceptant de faire sauter les verrous d'austérité qui contraignaient les dépenses fédérales depuis 2011. Les parlementaires ont au passage remis à plus tard la question épineuse de la régularisation des clandestins, sans garantie qu'une solution soit trouvée. Le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, et son homologue démocrate, Chuck Schumer, ont annoncé mercredi cet accord, portant sur les montants des budgets 2018 et 2019.

Il mettrait fin au rythme de financements de court terme qui étaient devenus la norme et empêchaient le gouvernement de planifier à long terme ses dépenses et investissements. La Maison Blanche a annoncé son soutien de principe. «Personne ne dira que c'est un accord parfait, mais nous avons tout fait pour trouver un terrain d'entente», a déclaré Mitch McConnell. «Après des mois d'impasse budgétaire, cet accord sur le budget est une vraie percée», s'est félicité Chuck Schumer. «Nous saluons les avancées réalisées, bien que nous souhaitions voir les détails du texte», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, qui n'a pas renouvelé les exigences prononcées la veille par Donald Trump. Il avait appelé de ses vœux une fermeture des administrations (qui serait la seconde cette année) si tout accord budgétaire n'incluait pas ses demandes contre l'immigration.

L'accord, dont les montants exacts n'ont pas encore été rendus publics, devra être adopté par un vote des sénateurs, puis par la Chambre des représentants, où il n'est pas assuré que les conservateurs d'un côté, et une partie des démocrates partisans d'une réforme migratoire de l'autre, l'approuvent.

(L'essentiel/AFP)