États-Unis

06 décembre 2017 08:21; Act: 06.12.2017 14:45 Print

Consensus pour couper les fonds à la Palestine

La Chambre des représentants demande au département d'État de stopper l'aide américaine aux Palestiniens.

storybild

Le vote sur le texte qui demande au département d'État de stopper l'aide américaine aux Palestiniens intervient à la veille d'un discours du président américain portant sur le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. (Photo d'archives)

Sur ce sujet

La Chambre des représentants des États-Unis a voté mardi à l'unanimité pour couper les fonds à l'Autorité palestinienne tant que continueront des paiements aux familles de Palestiniens condamnés ou emprisonnés par Israël après des attentats. La mesure doit encore être examinée par le Sénat. Son adoption sans opposition illustre toutefois le consensus qui existe au Congrès, chez les démocrates et les républicains, sur le sujet.

Le texte demande au département d'État de stopper l'aide américaine aux Palestiniens tant que le secrétaire d’État n'aura pas certifié que l'Autorité palestinienne «a cessé les versements pour des actes terroristes contre des citoyens américains et israéliens» aux personnes emprisonnées après un procès ou qui sont mortes durant un attentat, ainsi qu'à leurs familles.

Ce vote intervient à la veille d'un discours du président américain dans lequel il devrait faire part de sa volonté de transférer l'ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Système d'«incitation»

La proposition de loi est nommée en l'honneur de Taylor Force, un Américain de 28 ans tué lors d'un voyage en mars 2016 à Tel Aviv par un Palestinien de 21 ans de Cisjordanie, tué par la police. «L'Autorité palestinienne verse des salaires aux Palestiniens qui attaquent des innocents comme Taylor», a déclaré l'élu républicain, Ed Royce, président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre. «Trop de familles en deuil s'endorment le soir en pensant à l'argent versé en récompense de la violence qui a tué leurs proches», a-t-il dit, dénonçant un système officiel d'«incitation».

Israël dénonce régulièrement l'existence de compensations financières versées aux familles d'assaillants. En juin dernier, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson avait affirmé que l'Autorité palestinienne avait accepté d'arrêter de rétribuer les familles des auteurs d'attentats anti-Israéliens. Mais l'État hébreu avait alors exprimé son scepticisme sur ce dossier.

Ces paiements sont l'un des obstacles au moribond processus de paix au Proche-Orient. Selon le site du département d'État, l'aide américaine à la Cisjordanie et à Gaza devrait être d'environ 251 millions de dollars en 2018.

(L'essentiel/nxp/ats)