Suisse

08 février 2018 16:54; Act: 08.02.2018 17:08 Print

«Coût secret des bijoux»: Chopard et Rolex épinglés

Les bijoutiers doivent s'assurer que leur or ou leurs diamants ne sont pas entachés par le travail des enfants, estime l'organisation Human Rights Watch (HRW).

storybild

Human Rights Watch lance une campagne à l'occasion de la Saint-Valentin. (photo: Twitter)

Sur ce sujet

Certaines des plus grandes sociétés de joaillerie et d'horlogerie ne respectent pas les normes internationales pour un approvisionnement responsable en or et diamants, selon un rapport de Human Rights Watch (HRW). Les Suisses Chopard et Rolex sont notamment épinglés.

«Même si leurs chaînes d'approvisionnement peuvent être longues et complexes, les bijoutiers et les horlogers ont la responsabilité de vérifier que leurs opérations ne contribuent pas à des atteintes aux droits humains», relève jeudi HRW dans son rapport. Or, la majorité des 13 entreprises étudiées par l'organisation américaine de défense des droits de l'Homme ne respectent pas les normes d'un approvisionnement responsable.

Les pratiques observées «divergent de façon significative» parmi ces sociétés, qui génèrent un chiffre d'affaires annuel de plus de 30 milliards de dollars - soit 10% des revenus mondiaux du secteur. Nombreux sont ceux qui «pourraient prendre davantage de mesures pour déterminer si leur or ou leurs diamants sont entachés par le travail des enfants ou d'autres atteintes aux droits humains», a déclaré Juliane Kippenberg, directrice adjointe de la division Droits de l'enfant à HRW.

Alors qu'aucune des 13 firmes analysées ne peut être classée dans la catégorie «excellent», Tiffany & Co. a obtenu la note «avancé». HRW met en avant les «mesures significatives qu'elle a prises en faveur d'un approvisionnement responsable». Le bijoutier américain peut notamment tracer tout son or et procède régulièrement à des évaluations des droits humains auprès de ses mines.

Les efforts fournis par l'italien Bulgari et le français Cartier, respectivement propriétés des groupes de luxe français LVMH et genevois Richemont, sont jugés «modérés», tout comme ceux du danois Pandora et de l'américano-britannique Signet.

Le genevois Chopard est pour sa part considéré comme «faible». S'il a pris peu de mesure en faveur d'un approvisionnement responsable, il a toutefois «travaillé avec des coopératives minières de petite échelle en Amérique latine» - et dans lesquelles il se fournit - «afin d'y améliorer les conditions de travail», souligne HRW. Même note pour l'allemand Christ, l'américain Harry Winston et le britannique Boodles. «Très faible», la marque indienne Tanishq ferme la marche. Trois sociétés - la genevoise Rolex, ainsi que les indiennes Kalyan et TBZ -, ont refusé de fournir à HRW des renseignements sur leurs politiques et pratiques d'acquisition. Elles n'ont pas été classées.

Sept critères

HRW a publié jeudi son rapport «Le coût secret des bijoux: Questions de droits humains dans les chaînes d'approvisionnement et responsabilité des sociétés joaillères». Elle s'est basée sur les informations fournies directement par certaines sociétés, ainsi que sur celles publiquement disponibles.

L'ONG a classé 13 sociétés en fonction de sept critères propres à l'approvisionnement responsable. Elle a notamment pris en compte les actions menées pour évaluer et traiter les risques d'atteintes aux droits humains, établir une traçabilité ou publier des rapports sur leurs activités.

(L'essentiel/ats)