Propos polémiques

07 août 2017 09:56; Act: 07.08.2017 14:05 Print

Google est à son tour accusé de sexisme

Google se retrouvait dimanche sur le banc des accusés dans le débat en cours sur le sexisme dans la «tech» après les propos d'un de ses salariés.

storybild

69% des salariés de Google sont des hommes, une proportion qui monte à 80% dans les emplois technologiques. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Dans une note interne de 3 000 mots, un ingénieur de sexe masculin non identifié affirme que «les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et (donc) ces différences peuvent expliquer pourquoi on n'a pas une représentation égale des femmes dans la tech et (dans les fonctions de) leadership».

Les aptitudes naturelles des hommes les conduisent à devenir programmateurs en informatique, alors que les femmes sont, selon l'auteur, plus enclines «aux sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées», ce qui fait qu'elles optent pour des carrières «dans le social ou l'artistique». «Ce sont des fadaises sexistes, habillées dans un discours sur la protection non méritée de la liberté d'expression», fustige la journaliste Kara Swisher du site spécialisé Recode.net.

Sanctions contre le salarié?

«Ce n'est pas un point de vue que moi et l'entreprise soutenons, promouvons ou encourageons», a fermement rejeté dans un courriel aux salariés Danielle Brown, la responsable diversité du géant de l'Internet, recrutée il y a quelques mois de chez Intel et en fonction seulement depuis un mois. Jugeant «incorrectes les hypothèses avancées sur le genre», elle affirme que «la diversité et l'inclusion sont une part fondamentale de nos valeurs et de la culture que nous cultivons».

Dans cette missive que s'est procurée l'AFP, Mme Brown ajoute toutefois que Google a toujours voulu défendre «une culture dans laquelle ceux qui ont des points de vue différents, y compris politiques, se sentent en sécurité pour les exprimer». Il était difficile de savoir dimanche soir si le géant de l'Internet prévoyait de prendre des mesures disciplinaires contre l'ingénieur en question.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Poco Loco le 07.08.2017 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le politiquement correct est arrivé à un pont tel qu'aujourd'hui on ne peut quasiment plus parler de rien. Il y a plein des Inquisiteurs pour voir dès phobie partout. Mauvais temps pour la liberté d'expression.

  • Remi le 07.08.2017 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dingue ca, la vérité blesse toujours autant. Ce monsieur a parfaitement raison. Ses contradicteurs sont evidemment des femmes.

  • Françoise Mignon le 08.08.2017 20:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont les parents et l'école qui entretiennent le cliché selon lequel à Noël les petites filles reçoivent des poupées et les petits garçons des jeux électroniques. Tant que les mentalités n'évolueront pas les femmes seront toujours victimes de discrimination diverses et de sexisme . Sale époque pour les femmes et pas que dans ce domaine

Les derniers commentaires

  • Françoise Mignon le 08.08.2017 20:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont les parents et l'école qui entretiennent le cliché selon lequel à Noël les petites filles reçoivent des poupées et les petits garçons des jeux électroniques. Tant que les mentalités n'évolueront pas les femmes seront toujours victimes de discrimination diverses et de sexisme . Sale époque pour les femmes et pas que dans ce domaine

  • keep cool le 07.08.2017 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant les hommes et les femmes sont biologiquement bien différents, même au niveau cérébrale. Il ne s'agit pas d'un débat mais de faits établis (hormones, chromosome et la liste est longue, pour ne pas parler de l'anatomie ou la psychologie...). Il ne s'agit pas de savoir, comme le voudraient les pseudo-féministes, qui est meilleur. Mais c'est juste accepter qu'il existe des différences, que nous sommes complémentaires, que nous n'avons aucun problème à vivre/travailler ensemble, mais qu'il arrive que l'un ou l'autre ait des facilités dans certains domaines.

    • ThinkDifferent! le 08.08.2017 08:05 Report dénoncer ce commentaire

      Être biologiquement différent n'est pas un critère qui permet d'affirmer que les hommes soient plus prédisposés à des tâches intellectuelles et managériales. C'est ridicule d'avoir une vision réductrice. Quel message j'envoie à mes filles si je soutien ce genre d'idées? Comme père je veux qu'elles s’épanouissent dans ce qu’elles souhaitent et vu leur caractère trempé qch me dis qu’elles ne feront pas ni de l'artistique ni du social. Vouloir mettre des étiquettes et des limites, je suis contre!

  • Remi le 07.08.2017 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dingue ca, la vérité blesse toujours autant. Ce monsieur a parfaitement raison. Ses contradicteurs sont evidemment des femmes.

  • Poco Loco le 07.08.2017 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le politiquement correct est arrivé à un pont tel qu'aujourd'hui on ne peut quasiment plus parler de rien. Il y a plein des Inquisiteurs pour voir dès phobie partout. Mauvais temps pour la liberté d'expression.