États-Unis

27 octobre 2017 10:08; Act: 27.10.2017 10:26 Print

Harvey Weinstein poursuit la Weinstein Company

Le producteur accusé de viols poursuit la Weinstein Company pour avoir accès à ses données personnelles afin de se défendre.

storybild

Harvey Weinstein est toujours actionnaire de sa société de production. (Image d'archives)

Sur ce sujet

Le magnat déchu d'Hollywood, Harvey Weinstein, a porté plainte contre la maison de production qu'il a cofondée, demandant l'accès à son dossier personnel et à son compte d'e-mails tandis qu'il se défend d'accusations de harcèlement, agressions sexuelles et viols de la part d'une cinquantaine de femmes.

La plainte, déposée jeudi dans l'État du Delaware (est des États-Unis), fait valoir que le puissant producteur devenu paria a demandé à la Weinstein Company l'accès aux documents en question pour son avocat mais que cette requête a été rejetée.

Le studio a limogé Weinstein il y a quelques jours à la suite des révélations sur ses agissements présumés dans le New York Times et le New Yorker, suivies de déclarations de dizaines d'actrices ou collaboratrices qui se sont exprimées dans la presse ou sur les réseaux sociaux.

Ses e-mails pourraient l'aider

La plainte affirme que Weinstein, qui est encore actionnaire de la maison de production, a besoin d'avoir accès à son dossier personnel et ses e-mails pour déterminer s'ils contiennent des éléments qui pourraient l'aider, ainsi que la société, à se défendre de ces accusations. La Weinstein Company a notamment été poursuivie par une actrice qui l'accuse d'avoir facilité et couvert son agression par le producteur.

«M. Weinstein pense que son compte e-mails - le principal voire le seul qu'il ait utilisé pendant toute sa période d'emploi dans la société - contient des informations qui l'exonèrent lui et la société de ces accusations», selon la plainte. «M. Weinstein est par ailleurs dans une position privilégiée pour mettre en contexte ses e-mails» afin d'éviter «des accords amiables ou condamnations inutiles», insiste-t-elle.

La société lutte pour sa survie

Depuis que le scandale a éclaté, la maison de production, qui était déjà en difficultés financière après plusieurs flops, lutte pour sa survie, M. Weinstein étant devenu persona non grata. Elle mène une enquête interne.

Le New York Times a rapporté mercredi que le fonds Colony Capital, proche du président républicain Donald Trump, a décidé de suspendre ses injections de trésorerie immédiates à la société en péril, à la tête de laquelle se trouve le frère d'Harvey Weinstein, Bob, l'autre cofondateur.

Le procureur de l'état de New York a par ailleurs, selon des informations de presse, ouvert une enquête pour des pratiques de discrimination sexuelle et d'atteintes aux droits civiques à l'encontre de l'entreprise, et d'autres plaintes sont attendues.

(L'essentiel/nxp/afp)