Journaliste blessé par balle

14 juin 2011 12:37; Act: 15.06.2011 09:38 Print

La vidéo de la bavure policière

LUXEMBOURG - La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Belgique, après que deux policiers ont blessé par balle un cameraman résidant au Luxembourg.

lire la vidéo

Une faute?

«Je garde l'image d'un vrai lobbying qui s'est mis en place contre moi lorsque j'ai porté l'affaire en justice. Je me suis retrouvé seul face à une dizaine d'avocats». Yves Trévalec est à peine soulagé car la Belgique a trois mois pour faire appel de la sentence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Ce journaliste français, résidant au Luxembourg, a été atteint de deux balles à la jambe, en janvier 2003, alors qu’il réalisait un reportage en Belgique.

M. Trévalec suivait les opérations nocturnes d'une unité spéciale, le peloton antibanditisme (PAB), dans un quartier d'entrepôts, quand deux agents de police n'appartenant pas au PAB tirèrent sept coups de feu en sa direction. Deux balles atteignirent sa jambe droite, causant de graves blessures, dont il garde des séquelles. Il lui aura fallu plus de cinq ans de rééducation pour recouvrer l'usage de sa jambe.

Les policiers ayant fait feu ont mis en avant la légitime défense, expliquant qu'ils agissaient dans l'obscurité, dans un quartier qu'ils ne connaissaient pas, quand ils ont entendu du bruit derrière eux. Ils ont aperçu une silhouette s'avancer assez rapidement vers eux, tenant un objet à la hanche. Ils ont précisé qu'ils n'avaient pas été mis au courant de la présence d'un journaliste sur le terrain cette nuit-là.

Enquête belge non remise en cause

La CEDH a admis que les policiers avaient agi en état de légitime défense, mais elle a reproché à la Belgique le manque d'information des policiers quant à la présence d'une équipe de tournage. «À l'inverse des juges nationaux (belges), la Cour estime déterminante la question de savoir si les policiers ayant fait feu étaient au courant que l'intervention policière était suivie par un journaliste», explique la CEDH. «La cause de leur ignorance résulte de défaillances du circuit d'information imputables aux autorités».

Ces dernières «n'ont pas déployé toute la vigilance que l'on pouvait raisonnablement attendre d'elles», ont conclu les juges européens. Le «caractère effectif de l'enquête menée» sur cette affaire par les autorités belges n'a en revanche pas été mis en cause par la Cour de Strasbourg. Interrogé par L'essentiel quelques secondes après la tombée du verdict, le journaliste évoque «son soulagement après huit années de combat, un combat aussi bien juridique que physique pour reprendre mon métier de journaliste sur le terrain».

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Chris le 15.06.2011 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Une vrai action belge...

  • Jacques van Becks le 15.06.2011 03:05 Report dénoncer ce commentaire

    En Belgique , on a le Roi que l'on mérite... les politiques que l'on mérite, la justice que l'on mérite, les flics que l'on mérite. On est si bien au Grand-duché, loin de tous ces grands malades !

  • jojo le 15.06.2011 07:49 Report dénoncer ce commentaire

    En France , la légitime défense est applicable après vérification de plusieurs points bien précis. Les conditions sont tellement précises qu'elle est difficilement applicable, soit il faut avoir beaucoup de chance d'être encore vivant. Dans cette affaire, je trouve qu'elle est bien vite appliquée, de plus 7 coups de feu...

Les derniers commentaires

  • Ignacio le 15.06.2011 12:26 Report dénoncer ce commentaire

    Tojours la même histoire avec les journalistes. Ils se sont intouchables. La question n'est pas pourquoi les policiers on tiré, mais pourquoi le journaliste était là. On le voit dans la vidéo : les policiers (lui?) ont crié "à génoux" et le type continue à courir! Il a eu la chance car les flics on tiré aux jambes (quel sang froid, chapeau!) et pas à tuer.

    • Banditos ! le 15.06.2011 22:37 Report dénoncer ce commentaire

      Ce sont les 3 journalistes qui arrêtent les 2 voyous qui leurs crient "à Genoux, tous les deux" ! T'es aussi ignare et imbécile dans tes propos que les policiers qui tirent parce qu'ils ont la trouille.

  • samy le 15.06.2011 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    tes commentaires tu peux les garder pour toi si c'est pour ėcrire des co******...

  • anto le 15.06.2011 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve choquant que les 2 tireurs ne sont à priori même pas venus ne serait-ce que le voir!!ça aurait été mon premier réflexe.Le pb n'est pas à qui la faute mais comment éviter que ça se reproduise?Quand on prend la responsabilité d'autoriser un tel reportage, on prend des précautions!!!

  • Äender le 15.06.2011 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    En France la légitime défense est applicable par la Police à tout maghrébin. Il n'y a aucune "vérification de plusieurs points bien précis" avant de lui tirer dans le dos...

  • Chris le 15.06.2011 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Une vrai action belge...