En Argentine

25 septembre 2020 07:09; Act: 25.09.2020 09:24 Print

Il embrasse le sein de sa femme en visioconférence

Un député argentin pensant que sa connexion Internet s’était interrompue a été filmé dans l’intimité avec son épouse.

Sur ce sujet
Une faute?

Un député argentin a été suspendu jeudi pour avoir, lors d’une session parlementaire en visioconférence, embrassé le sein de sa conjointe à ses côtés, la vidéo de la scène connaissant depuis un fort succès sur les réseaux sociaux.

Sur l’écran géant installé au Parlement, lors de ces séances où seuls une partie des députés sont présents physiquement et alors que l’un d’entre eux a pris la parole, une femme apparaît sur la vignette d’écran au côté de Juan Emilio Ameri qui l’enserre de son bras. Le député de la province de Salta (nord-est) a alors sorti un sein du tee-shirt noir que portait la jeune femme et s’est mis à l’embrasser.

Session suspendue

La session parlementaire a d’abord été interrompue, puis suspendue, par le président du Parlement, Sergio Massa. «Tout au long de ces mois en télétravail nous avons vécu différentes situations où un député s’est endormi ou un autre s’est caché, mais aujourd’hui nous avons vécu une situation qui dépasse les règles de bienséance de cette maison», a lancé Sergio Massa.

Confus, Juan Emilio Ameri a tenté de s’excuser, expliquant qu’il pensait ne pas être connecté à ce moment-là. «Ici, dans tout l’intérieur du pays, la connexion est très mauvaise. Ma conjointe est sortie des toilettes, je lui ai demandé comment étaient ses prothèses et je l’ai embrassée, car il y a dix jours elle a été opérée pour des prothèses mammaires», s’est défendu le député de 47 ans, qui devrait connaître dans un délai de cinq jours la sanction infligée par le Parlement.

«Il ne s’est rien passé»

Interviewé sur la chaîne d’information argentine Todo noticias, qui fait ses gros titres de l’affaire, le député, membre de la coalition gouvernementale Frente de Todos du président de centre-gauche, Alberto Fernandez, a répété ses «regrets» et sa «grande honte» mais indiqué qu’il ne démissionnerait pas. «Je vais attendre que mes pairs décident en commission et je verrai ensuite», a-t-il dit, se défendant à nouveau d’un «regrettable accident» dû «à une mauvaise connexion» Internet.

«Le signal est revenu et s’est reconnecté automatiquement comme il le fait habituellement», s’est-il désolé. «Je l’ai embrassée sur le sein, il ne s’est rien passé», a-t-il estimé. «Cela n’aurait pas dû arriver et ça m’est arrivé», a-t-il encore regretté. Le père de trois enfants assure que, depuis, sa femme se sent «très mal» et «ne cesse de pleurer».

Les images ont été vues plusieurs centaines de milliers de fois dans le pays, souvent accompagnées de commentaires acerbes. «Dégoût total, manque de respect, il devrait déjà démissionner», s’insurge une tweeteuse argentine, @Excolo06, suivie par 10 000 followers. «Tant d’histoires parce qu’un député a cru qu’il n’était pas connecté et embrasse le sein de sa partenaire? La morale a-t-elle été rétablie?», lui rétorque la députée de Buenos Aires, Maria Rachid, cheffe de l’Institut contre la discrimination du Bureau du médiateur et favorable à l’avortement, un sujet qui fait débat dans le pays. «Une sanction pour lui et pour ceux qui jouent à Candy Crush pendant une session (parlementaire) oui. Mais n’exagérez pas…», a-t-elle ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • NANA le 25.09.2020 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    Mais, ou es le problème ?!! Il n'y a rien de mal

  • Greta Bumsberg le 25.09.2020 07:37 Report dénoncer ce commentaire

    Embrasser les seins de sa femme est un devoir conjugal, comme faire la vaisselle, passer l'aspirateur etc..

  • Gérard le 25.09.2020 09:03 Report dénoncer ce commentaire

    Donc, l'amour est puni ! Quelle hypocrisie.

Les derniers commentaires

  • PAEM le 25.09.2020 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Déjà qu'est-ce qu'elle fout sur ses genoux (ou très, très proche de lui) alors qu'il travaille en visio-conférence? Je ne sais pas, mais moi quand je travaillais de la maison, je m'isolais... Soit on est professionel, soit on ne l'est pas.

  • Gemini le 25.09.2020 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Le Grinch. J'ai pensé exactement la même chose que vous. J'imagine qu'elle l'aime d'amour véritable et n'est pas du tout intéressée par sa position sociale et son argent, lol ????

  • Le Grinch le 25.09.2020 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Il a une bien jolie épouse, ce vieil homme... Il aurait tort de s'en priver.

  • Verita le 25.09.2020 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour moi la peine pour cette acte ignoble et répusife c est la prison ferme sans sourci voila. Amen

  • Cybertrasch le 25.09.2020 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dommage que la publicité soit pile sur la vidéo qui devient donc pas visible....