Festival «Lula Libre» à Rio

29 juillet 2018 10:58; Act: 30.07.2018 11:42 Print

«Il est le seul à pouvoir diriger le pays»

Plus de 5 000 personnes ont participé samedi, à Rio de Janeiro, au festival «Lula libre», organisé pour réclamer la libération de l'ex-président brésilien incarcéré pour corruption.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Une quarantaine d'artistes, dont Gilberto Gil et Chico Buarque, se sont produits au festival pour réclamer la libération de Lula. «On dit souvent que Lula n'attire que les gens pauvres, les bénéficiaires» des aides familiales, «mais aujourd'hui, on voit que les intellectuels du Brésil soutiennent sa liberté parce qu'il a été condamné sans preuve», a affirmé une fonctionnaire de 51 ans.

«Il n'y a pas de leader comme Lula dans tout le Brésil. Il est le seul à pouvoir diriger le pays», a affirmé de son côté une commerçante de 50 ans.

La célèbre chanteuse de samba Beth Carvalho devait également participer au festival, avant le spectacle très attendu de Chico Buarque et Gilberto Gil. Les deux artistes ne se sont pas produits ensemble sur scène depuis 1973, du temps de la dictature militaire (1964-1985). Gilberto Gil a été ministre de la culture du président Luiz Inácio Lula da Silva pendant cinq ans, de 2003 à 2008.

Pour les artistes

Même si des «Lula libre!» se sont fait entendre au fil de la journée, tous les spectateurs n'étaient pas venus pour l'ancien président, au pouvoir de 2003 à 2010. «Moi, sincèrement, je viens pour les artistes, parce que j'aime Chico y Gil. Je ne suis pas très proche de la cause de Lula», reconnaît un étudiant en histoire de 19 ans.

Lula purge depuis avril une peine de 12 ans et un mois de prison à Curitiba pour corruption et blanchiment d'argent, accusé d'avoir reçu un appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de bâtiment en échange de faveurs pour l'attribution de marchés publics.

Impliqué dans cinq autres procédures judiciaires, l'ex-président nie farouchement. Il se dit victime d'un complot destiné à l'empêcher de se présenter à l'élection d'octobre. L'ex-président est en tête des intentions de vote pour cette présidentielle.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 30.07.2018 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est très apprécié encore de certains mais c'est quand même un vieux ...

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 30.07.2018 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est très apprécié encore de certains mais c'est quand même un vieux ...