Après l'essai nucléaire

12 septembre 2017 06:54; Act: 12.09.2017 11:20 Print

La Corée du Nord encore sanctionnée par l'ONU

De nouvelles sanctions drastiques contre Pyongyang ont été adoptées au Conseil de sécurité de l'ONU, lundi soir.

storybild

Les Nations unies ont sanctionné la Corée du Nord. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi à l'unanimité et à l'initiative des États-Unis une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord, interdisant ses exportations de textile et réduisant ses approvisionnements en pétrole et en gaz.

Cette huitième série de mesures, soutenue par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord, vise à punir ce pays pour son essai nucléaire du 3 septembre. Par ses sanctions, chaque fois plus sévères, l'ONU veut pousser Pyongyang à négocier ses programmes d'armement nucléaire et conventionnel, jugés menaçants pour la stabilité mondiale.

Pour les États-Unis, le Royaume uni, la France ou l'Italie, la résolution adoptée lundi est «très solide», «équilibrée» et permet à l'ONU d'affirmer «unité» et «détermination». «Nous ne cherchons pas la guerre», a assuré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, qui avait la semaine dernière assuré que Pyongyang «ne demandait que ça». Lundi, elle a admis que la Corée du Nord n'avait «pas franchi un point de non-retour».

Séoul a salué l'adoption de cette résolution, la qualifiant «d'avertissement sévère» pour Pyongyang. «La Corée du Nord doit comprendre que la dénucléarisation est la seule voie lui garantissant sécurité et développement économique», ajoute le gouvernement sud-coréen dans un communiqué.

À Tokyo, le Premier ministre Shinzo Abe a «hautement apprécié» la résolution «rapide» et «forte» qui démontre que «la communauté internationale doit accentuer la pression sur la Corée du nord à un niveau nouveau et sans précédent» pour qu'elle «change sa politique», selon un communiqué.

Prétentions revues à la baisse

Le premier projet de texte américain, rendu public mercredi, était «maximal» sur «absolument tout», selon les termes d'un diplomate. Il prévoyait un embargo total sur le pétrole, les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés (environ 93 000 selon Washington), le gel des avoirs de Kim Jong-un, l'interdiction d'importer du textile nord-coréen et des inspections par la force de navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l'ONU.

Pour s'assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions et renforcer les paragraphes liés à la recherche d'une solution «pacifique» à la crise.

Après plusieurs jours de négociations intensives, l'embargo sur le gaz naturel a été gardé mais pour le pétrole, les ventes seront limitées à 500 000 barils pendant trois mois à partir du 1er octobre, pour passer à 2 millions de barils à partir du 1er janvier pour une période de 12 mois.

Cela représente une réduction de 10% des produits pétroliers, selon le département américain de l’Énergie, qui estime à 2,2 millions de barils les importations nord-coréennes. Pyongyang importe essentiellement de l'essence et du diesel de Chine, selon les États-Unis. «C'est un pied dans la porte», a fait valoir un diplomate sous couvert d'anonymat, pour qui, même avec des concessions, le texte adopté reste très fort.

«Contournements nombreux»

Lors des discussions, le gel des avoirs du dirigeant nord-coréen, dont Moscou ne voulait pas, a été retiré du texte. Les États-Unis ayant assuré ne pas vouloir de changement de régime, il est difficile de viser directement Kim Jong-un, a plaidé Moscou, selon une source diplomatique. L'interdiction concernant le textile n'a pas posé de problème.

Les mesures concernant les expatriés nord-coréens et les inspections de navires suspects sont moins strictes que dans le texte initial, surtout à la demande de Moscou, selon des diplomates. La Russie ferait travailler quelque 35 000 expatriés nord-coréens.

La nouvelle résolution ajoute Pak Yong Sik, un des responsables du programme de missiles, sur une liste noire en même temps que trois agences nord-coréennes, dont celle responsable de la propagande du régime.

Précédant l'adoption du texte, la Corée du Nord avait exprimé haut et fort son opposition aux nouvelles mesures. Elle a averti les États-Unis qu'elle leur infligerait «la plus grande des souffrances et des douleurs» s'ils persistaient à vouloir que l'ONU durcisse les sanctions à son encontre. La Corée du Nord «fera en sorte d'être absolument sûre que les États-Unis en payeront le prix», a précisé Pyongyang.

Effet à très long terme

Les effets de sanctions ne peuvent se mesurer que sur le très long terme. À titre d'exemple, il a fallu plus de dix ans de sanctions pour amener l'Iran à négocier son programme nucléaire.

Dans un rapport publié ce week-end, des experts de l'ONU notent que «plus le régime de sanctions est étendu» pour la Corée du Nord, «et plus les contournements sont nombreux» venant de ce pays, que ce soit pour «l'embargo sur les armes», «les sanctions financières» ou «sectorielles sévères».

Après le Mexique, le Pérou a annoncé lundi l'expulsion de l'ambassadeur nord-coréen pour protester contre les essais nucléaires de Pyongyang.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yann L le 12.09.2017 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    La Corée du Nord est une grande nation qui ne menace personne mais qui est en revanche victime de provocations perpétuelles de l'oligarchie mondialiste et USA en tête. Elle a le droit et le devoir de se défendre.

  • petitevoix le 12.09.2017 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça cest une sanction mais svp v est la rigolade entre le textile et diminution de pétrole désolé et les dégâts causés par leurs essayes et la mort du jeune américain ? Il ne faut pas la guerre mais ou moins que la sanction soit exemplaire

  • VERITAS le 12.09.2017 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Des sanctions , des sanctions , cela depuis des dizaines d'années alors expliquez moi comment ils ont réussi a avoir toute cette technologie ???????????????

Les derniers commentaires

  • Yann L le 12.09.2017 17:07 Report dénoncer ce commentaire

    La Corée du Nord est une grande nation qui ne menace personne mais qui est en revanche victime de provocations perpétuelles de l'oligarchie mondialiste et USA en tête. Elle a le droit et le devoir de se défendre.

  • VERITAS le 12.09.2017 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Des sanctions , des sanctions , cela depuis des dizaines d'années alors expliquez moi comment ils ont réussi a avoir toute cette technologie ???????????????

  • petitevoix le 12.09.2017 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça cest une sanction mais svp v est la rigolade entre le textile et diminution de pétrole désolé et les dégâts causés par leurs essayes et la mort du jeune américain ? Il ne faut pas la guerre mais ou moins que la sanction soit exemplaire