En Thaïlande

20 avril 2019 14:49; Act: 20.04.2019 14:55 Print

La fête de la marijuana à usage médical

Un festival de cannabis se tient dans la province du Buriram. Le pays est le premier à avoir légalisé la marijuana en Asie du Sud-Est.

storybild

L'usage médical du cannabis est légal depuis décembre 2018. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des jeunes, des malades, des scientifiques, mais aussi des moines et des hommes politiques: plusieurs milliers de Thaïlandais ont assisté à la première fête du cannabis organisée dans le royaume après la légalisation de la marijuana à usage médical, un business qui s'annonce fort juteux.

Chaivisit Visitvekin, un moine de 67 ans, sort une fiole d'huile de cannabis de sa robe et dépose une goutte sur sa langue. Non loin de là une famille se prend en photo devant de plantureux plants de marijuana. Des scènes inimaginables il y a encore quelques mois dans le royaume très conservateur.

Légal depuis décembre 2018

Mais, en décembre, la Thaïlande a franchi le pas, devenant le premier pays d'Asie du Sud-Est à légaliser la culture du cannabis à usage médical, un marché dominé jusqu'ici par le Canada, l'Australie, Israël et plusieurs états des États-Unis. La mise en œuvre de la loi a toutefois pris du retard.

En attendant, un festival dédié à la marijuana se tient ce week-end jusqu'à dimanche dans la province rurale du Buriram, à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Bangkok. De nombreux drapeaux multicolores, tipis blancs et chapiteaux ont été dressés pour l'occasion.

Des stands proposent des feuilles à rouler ou des pipes alors que résonnent des chanson du roi du reggae, Bob Marley. D'autres exposent du matériel de serre et des éclairages nécessaires à la culture, tandis que plusieurs conférenciers devisent sur les différentes variétés de cannabis ou le contrôle de sa qualité.

Chaivisit Visitvekin fait la queue afin d'obtenir auprès du ministère de la Santé le précieux sésame qui lui permettra d'utiliser la marijuana pour soulager ses douleurs à l'épaule. «J'ai recours à de l'huile et je n'ai jamais eu aucun effet secondaire», assure-t-il. Surrerat Ruangnoy consomme, elle, du cannabis afin de soulager ses migraines. «Au festival, j'ai vu des personnes âgées. J'ai pris des photos et je les montrerai à mes parents» afin qu'ils comprennent mieux ma situation, relève la jeune femme de 26 ans.

Des milliards de bénéfices ?

La légalisation à usage médical devrait aussi permettre aux paysans de se diversifier dans un pays où l'agriculture est focalisée sur le riz et les hévéas pour produire du caoutchouc. La vente de la marijuana sous forme d'herbe ou d'huile pourrait engendrer des bénéfices de quelque 2,7 milliards d'euros par an, selon des estimations fournies en décembre à l'AFP par Prapat Panyachartrak, président du Conseil national des fermiers. Une potentielle manne financière sur laquelle a surfé un petit parti politique lors des élections législatives de mars.

Le Bhumjaithai (Fierté thaïe) a fait campagne pour la légalisation du cannabis mais aussi pour permettre à chaque ménage de cultiver quelques plants chez eux. Un pari gagnant puisqu'il est devenu à l'issue du scrutin une force politique non négligeable. Il se retrouve en position d'arbitre, courtisé par les deux principales factions (pro-junte et pro-démocratie) pour espérer remporter une majorité à la Chambre des représentants. Les résultats officiels seront connus d'ici le 9 mai.

Ouverture d'esprit

L'objectif du festival est «d'aider les Thaïlandais à comprendre et à bénéficier des avantages du cannabis», relève Newin Chidchob, le président du festival et un des membres fondateur du Bhumjaithai.

La marijuana a longtemps été considérée comme une herbe traditionnelle en Thaïlande, avant d'être classée comme narcotique dans les années 1970. Aujourd'hui, enfin, «la stigmatisation du cannabis est en train de changer» dans le royaume, se félicite Ryan Doran, un expert américain qui assiste au festival afin de conseiller les agriculteurs sur le sujet.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.