Aux États-Unis

20 mai 2014 08:09; Act: 20.05.2014 16:01 Print

La pornographie, une «crise de santé publique»

Le porno est si répandu aux États-Unis qu'il doit être désormais traité comme une «crise de santé publique». Des experts appellent à le combattre, au même titre que le tabagisme.

storybild

«La pornographie est la forme la plus répandue d'éducation sexuelle aujourd'hui», résume Gail Dines, sociologue, professeur au Wheelock College de Boston. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«La pornographie est la forme la plus répandue d'éducation sexuelle, aujourd'hui. Des études montrent que l'âge moyen où l'on voit pour la première fois du porno est entre 11 et 14 ans. Et croyez-moi, ce n'est pas le «Playboy» de papa», résume Gail Dines, sociologue, professeur au Wheelock College de Boston et auteur d'un livre sur la question. «Ces images dégradantes et misogynes sont devenues monnaie courante et enlèvent aux jeunes leur droit à une vraie sexualité saine».

«C'est un secteur qui a une influence considérable», ajoute Gail Dines, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse organisée jeudi en amont d'un congrès à Washington de la Coalition to end sexual exploitation (Coalition pour en finir avec l'exploitation sexuelle). Les sites pornographiques reçoivent plus de visites chaque mois que ceux de Netflix, d'Amazon et de Twitter réunis; un tiers des téléchargements sont du porno et 4,2 millions de sites pour adultes existent sur Internet, ajoute Gail Dines, également présidente du groupe féministe Stop Porn Culture (En finir avec la culture porno).

Presque toutes les familles américaines touchées

Le congrès de la Coalition pour en finir avec l'exploitation sexuelle entendait montrer que la pornographie est un problème complexe de société qui a besoin d'être considéré comme un problème de santé publique. Il a accueilli des médecins, des travailleurs sociaux, des chercheurs, des féministes, des dirigeants religieux, des militants contre la traite humaine et des anciens professionnels de l'industrie pornographique, laquelle génère des milliards de dollars.

«La pornographie fait des dégâts auxquels on ne s'attaque pas», accuse Dawn Hawkins, directrice de Morality in media, une association qui fait campagne contre la pornographie depuis 1962. «De nombreuses études disent que la pornographie fait du mal, ajoute la jeune femme. Nous savons que quasiment toutes les familles américaines sont touchées par la pornographie».

Effets nocifs sur les actrices

Donny Pauling, ancien producteur de films dits «pour adultes», pour «Playboy» et sur Internet, a quitté le métier en 2006. Il assure avoir été témoin des effets nocifs du porno sur les femmes qu'il mettait devant une caméra. Il doute par exemple que Miriam Weeks, une étudiante de 19 ans de la prestigieuse Duke University, qui a reconnu faire du porno sur Internet sous le pseudonyme de Belle Knox, ait eu la «maîtrise» de son destin comme elle l'affirme elle-même. «Je ne la crois pas», dit Donny Pauling. «J'ai recruté plus de 500 filles qui entraient dans le métier et aucune n'est revenue pour me dire merci», dit-il.

Dans une interview donnée le mois dernier au magazine «Rolling Stone», Miriam Weeks a révélé qu'elle avait commencé à regarder des films pornographiques à 12 ans et a dit avoir été violée lors d'une fête de lycée. «Il faut dire aux jeunes que la pornographie les manipule», dit Gail Dines.

Facteur de violences sexuelles

Mary Anne Layden, une spécialiste des violences sexuelles de l'University of Pennsylvania, estime quant à elle que la pornographie a été un facteur dans tous les cas de violence sexuelle qu'elle a traités comme psychothérapeute. «Plus les garçons sont exposés tôt à la pornographie, plus ils sont susceptibles de s'engager dans des actes sexuels non consentis. Et pour les filles, plus elles en voient, plus elles sont susceptibles d'en être les victimes», dit-elle.

Mary Anne Layden affirme que si les autorités de santé «s'intéressaient au problème comme une question de santé publique, nous pourrions avoir des succès comme nous en avons eu pour le tabagisme».

(L'essentiel/ATS)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • ReSo le 20.05.2014 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère que ce n'est pas de même pour les films de guerre. Pour le reste, seulement aux USA on peut faire une étude sur les effets néphastes du porno, mais gare à vous si on analyse les effets négatifs de la libre circulation des armes dans ce pays.

  • Don Jon le 20.05.2014 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui avouent mater du porno et... les menteurs! ;)

Les derniers commentaires

  • ReSo le 20.05.2014 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère que ce n'est pas de même pour les films de guerre. Pour le reste, seulement aux USA on peut faire une étude sur les effets néphastes du porno, mais gare à vous si on analyse les effets négatifs de la libre circulation des armes dans ce pays.

  • Don Jon le 20.05.2014 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui avouent mater du porno et... les menteurs! ;)

    • Freddy le 20.05.2014 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      Tellement vrai! lol

    • Blade le 20.05.2014 12:29 Report dénoncer ce commentaire

      tu as oublié une troisième catégorie...ceux qui font du porno :-)