Procès des «Pussy Riot»

21 août 2012 09:26; Act: 21.08.2012 10:50 Print

«La pratique judiciaire ne peut pas être pire»

Le site Internet du tribunal qui a condamné à deux ans de camp trois membres du groupe Pussy Riot a été victime d'une cyberattaque mardi pendant quelques heures, annonce une porte-parole du tribunal.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le site du tribunal Khamovnitcheski de Moscou «a été visé par une cyberattaque», a affirmé la porte-parole, Daria Liakh. Une vidéo provocante du chanteur homosexuel bulgare Azis, (voir ci-dessous) des images tournant en dérision le système judiciaire russe de même qu'une nouvelle chanson du groupe Pussy Riot, intitulée «Putin lights up the fires» (NDLR: «Poutine met le feu»), y ont été visibles mardi matin.

Des slogans comme «La pratique judiciaire - Elle ne peut pas être pire» et «La bande de voleurs de Poutine pille le pays! Réveillez-vous, camarades!» ont aussi figuré sur la page d'accueil du site du tribunal. Par ailleurs, on a pu y voir un numéro de téléphone et les mots «Demande à Jenia (NDLR: diminutif du prénom russe Evgueni)». L'homme qui a répondu à ce numéro s'est présenté comme étant le blogueur Evgueni Volnov, et a affirmé ne pas savoir qui avait été derrière cette cyberattaque.

Il a toutefois laissé entendre que ses auteurs avaient ainsi souhaité montrer leur soutien aux trois jeunes femmes des Pussy Riot - Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Alekhina - condamnées vendredi dernier pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» à deux ans de camp par ce tribunal. «La réaction des hackers est bien compréhensible», a déclaré ce blogueur. Vers 08h30, le fonctionnement du site du tribunal a été rétabli.

La vidéo du chanteur homosexuel Azis qui s'est retrouvée sur le site du tribunal:

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).