Week-end de Pâques

28 mars 2018 07:13; Act: 28.03.2018 09:35 Print

La station spatiale devrait tomber ce week-​​end

La station spatiale chinoise Tiangong-1 s'apprête à effectuer une rentrée non contrôlée dans l'atmosphère terrestre, ce week-end.

storybild

La station est hors de contrôle depuis mars 2016. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

«La plus grande partie va brûler sous l'effet de la chaleur extrême générée par l'arrivée à grande vitesse de la station dans l'atmosphère», relève l'Agence spatiale européenne (ESA) sur son site. Mais «au vu de ce qui s'est passé pour les rentrées contrôlées de vaisseaux spatiaux de taille et de masse comparable, on peut s'attendre» à ce que «des parties résistent à ce processus et retombent sur la Terre», ajoute l'agence.

La Chine n'a pas tout à fait la même analyse. Tiangong-1 «devrait totalement brûler lors de sa rentrée dans l'atmosphère», a assuré lundi le CMSEO (China Manned Space Engineering Office), cité par Xinhua (Chine nouvelle), l'agence de presse officielle. La date de la chute de la station actuellement non habitée, qui a la taille d'un bus, devrait intervenir entre le 31 mars et le 2 avril, la date la plus probable étant le 1er avril, selon les dernières estimations de l'ESA. «Le 27 mars, Tiangong-1 se trouve à une altitude moyenne de 207,7 km de la Terre (...) Pas d'anomalie», indique sobrement le site de China Manned Space (Vols habités chinois).

L'agence européenne estime que la Chine a perdu le contrôle de Tiangong-1 depuis mars 2016. Première station spatiale chinoise, lancée en septembre 2011, Tiangong-1, dont le nom signifie «Palais céleste», est longue de 10,4 mètres et large de 3,3 mètres. Elle est composée d'un laboratoire expérimental et d'un module de service, ainsi que de deux panneaux solaires de 3 mètres sur 7 chacun. Carburant compris, elle avait une masse au départ d'environ 8,5 tonnes, selon l'ESA. Mais elle a dépensé depuis une partie de son fuel et sa masse doit à présent être supérieure à 7 kilos, estime Stijn Lemmens, du Bureau des débris spatiaux de l'ESA à Darmstadt (Allemagne).

La station chinoise perd peu à peu de l'altitude. «Lorsqu'elle arrivera à 150 km de la Terre, elle va rencontrer une atmosphère assez importante qui va commencer à la disloquer, à briser ses panneaux solaires», déclare Marie-Anne Clair, directrice des systèmes orbitaux du CNES, l'agence spatiale française. «On ne sait pas très bien ce qui peut retomber sur Terre». Généralement, «on estime que plus des trois quarts de la masse brûlent en rentrant dans l'atmosphère», ajoute-t-elle. Mais cela dépend aussi des matériaux qui composent la station.

Tiangong-1 a «probablement quelques éléments structuraux qui peuvent poser question comme les attaches de réservoirs, ou des roues à inertie en acier», note Marie-Anne Clair. Le CNES surveille depuis Toulouse la chute de la station, observable par des radars. «Mais cela ne veut pas dire que nous sommes inquiets», souligne-t-elle. La zone sur laquelle les débris sont susceptibles de retomber est très vaste et sera affinée dans les prochains jours. Pour le moment elle va du 42,8° Nord au 42,8° Sud. Le sud de l'Europe en fait partie. Pour la France métropolitaine, seule la région de Perpignan et la Corse sont potentiellement concernés.

En 60 ans de vols spatiaux, il y a eu quelque 6 000 rentrées non contrôlées de gros objets fabriqués par l'homme, principalement des satellites et des étages de fusées, selon Stijn Lemmens de l'ESA. Un seul de ces débris a touché à l'épaule une personne, sans la blesser. Le risque d'être touché par un débris spatial est de 1 sur plus de 1 000 milliards, souligne cet expert. C'est dix millions de fois moins que le risque d'être touché annuellement par un éclair. Tiangong-1 a accueilli deux missions habitées au cours de sa vie. Elle aurait dû effectuer une rentrée contrôlée, ce qui aurait permis de la faire retomber au-dessus des eaux du Pacifique sud.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pâques 1er avril le 28.03.2018 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Sous quelles formes vont tomber les débris? Oeufs?... Cloches?... Poissons?! :-D

  • realite le 28.03.2018 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et + de chance de se prendre un débris si on joue pas au loto

  • Mike D le 28.03.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les chinois ont des missiles anti satellites : pourquoi ne s'en servent-ils pas pour déchiqueter la station et avoir de plus petits débris ?

Les derniers commentaires

  • correcteur le 28.03.2018 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    Relisez vous avant de publier. Je cite "sa masse doit à présent être supérieure à 7 kilos" ???? lol

  • vers l'infini et au dela le 28.03.2018 13:19 Report dénoncer ce commentaire

    j'espère que ce sera la nuit, que le ciel sera dégagé et qu'on la véra, un site permet de la suivre en direct comme iss d'ailleurs...

  • ITA le 28.03.2018 11:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y en a marre de la poubelle spatiale !!! Mais aussi de la poubelle tout court que l'on sème partout :-( !!!

    • ben quoi.. le 28.03.2018 13:20 Report dénoncer ce commentaire

      c'est pas des cloches qui vont voler mais des nems !!

  • realite le 28.03.2018 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et + de chance de se prendre un débris si on joue pas au loto

  • Dorimics le 28.03.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    Celui qui s'en prend un morceau sur la tête, se fiche pas mal de savoir qu'il avait un risque sur 1000 milliards !