Alerte

16 août 2018 14:39; Act: 17.08.2018 11:27 Print

Les canicules marines menacent les océans

Les épisodes de grosse chaleur vont se multiplier à la surface des océans. Conséquence: les écosystèmes marins sont menacés, selon des chercheurs suisses.

storybild

Les chercheurs craignent des conséquences dramatiques pour la vie marine et les hommes qui en dépendent. Les animaux marins, comme ici ce béluga en Alaska, et les écosystèmes risquent d'être poussés «aux limites de leur résistance. (photo: Keystone)

Sur ce sujet

Blanchiment des coraux, algues toxiques, impact sur la pêche. Sous l'effet du changement climatique, les épisodes de canicule marine augmentent et vont se multiplier, menaçant les écosystèmes marins, mettent en garde des scientifiques.

À partir de données satellites mesurant la température à la surface des océans, une étude publiée mercredi dans la revue «Nature» constate un doublement entre 1982 et 2016 du nombre de jours où la mer était plus chaude que la normale. Ce n'est pas la première fois que les scientifiques constatent que ces vagues de chaleur marine, qui peuvent être liées à la variabilité naturelle du climat, sont plus fréquentes et plus longues ces dernières décennies. Mais «pour la première fois», l'étude montre que «ce changement est très probablement lié au réchauffement climatique» provoqué par l'homme, explique l'auteur principal Thomas Frölicher, de l'Institut de physique de l'université de Berne.

Surface multipliée par trois

Utilisant des modèles climatiques, les chercheurs estiment que ces canicules marines, «essentiellement provoquées par le réchauffement à long terme des océans», seront encore plus fréquentes, plus intenses et plus étendues. Cette tendance s'accélérera avec l'augmentation de la température de la planète. Les chercheurs comparent la situation d'aujourd'hui où la température a déjà augmenté de 1°C par rapport à l'époque pré-industrielle, avec un futur à 2°C qui correspond à l'objectif minimal de l'accord de Paris sur le climat, et enfin une planète à 3,5°C d'ici 2100 si le monde continue sur sa lancée en matière d'émissions de gaz à effet de serre.

Le nombre de jours où se produiront des températures anormalement chaudes dans les océans passe de 33 aujourd'hui à 84 si la planète se réchauffe de 2°C et 150 à 3,5°C. La surface affectée par ces canicules marines a déjà été multipliée par trois, elle le sera par neuf par rapport à l'ère pré-industrielle à 2°C et par 21 à 3,5°C. Et les vagues de chaleur dureront aussi plus longtemps en moyenne: 25 jours aujourd'hui, 55 jours à 2°C et 112 jours à 3,5°C.

Blanchiment des coraux

Les zones les plus touchées devraient être les eaux tropicales du Pacifique Ouest et les océans arctiques, comme c'est déjà le cas aujourd'hui. Si les effets des canicules terrestres sont connus, les réponses possibles des écosystèmes marins aux changements de températures le sont beaucoup moins et leur capacité de résistance et d'adaptation sont ainsi difficiles à prévoir.

Mais les chercheurs craignent malgré tout des conséquences dramatiques pour la vie marine et les hommes qui en dépendent. Les organismes marins et les écosystèmes risquent d'être poussés «aux limites de leur résistance, et même au-delà, ce qui pourrait provoquer des changements irréversibles», s'inquiètent-ils.

Le mécanisme affectant les récifs coralliens est plutôt bien documenté: sous l'effet notamment du réchauffement de l'eau, les coraux stressés expulsent les micro-algues avec lesquelles ils vivent en symbiose, et blanchissent. Un blanchissement qui les rend vulnérables et peut conduire à leur mort.

Migration des homards

Mais d'autres recherches sur des événements récents ont aussi montré que ces vagues de chaleur marines ont entraîné des floraisons d'algues toxiques ou une mortalité importante d'espèces de poissons destinés à l'alimentation, «avec des impacts en cascade sur les économies et les sociétés», souligne l'étude.

Par exemple, une vague de chaleur en 2013-2015 dans le Pacifique a «augmenté la mortalité des otaries, des baleines et des oiseaux marins», et une prolifération de diatomées (algues) toxiques a conduit à la fermeture de la pêche au crabe sur certaines côtes, raconte Thomas Frölicher.

En 2012, dans le nord-ouest de l'Atlantique cette fois, des eaux anormalement chaudes ont provoqué une migration inhabituellement précoce des homards «à un moment où la chaîne logistique (pour leur vente) n'était pas prête», poursuit le chercheur. «Les prises record ont dépassé la demande et contribué à la chute des prix et à la perte de millions de dollars pour l'industrie de la pêche», souligne-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • oli le 17.08.2018 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    riches ou pauvres. luxembourgeois ou le reste du monde. Tout le monde y passera.

  • Mu le 17.08.2018 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait d'abord commencer par le sommet et cela est hors ne notre portée les centrales nucléaires, les fusées envoyées dans l'espace, les avions etc etc nous sommes très petits pollueurs a côté de cela. Tant que rien ne bougera au sommet nous serons menacés malheureusement .

  • The best le 16.08.2018 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est trop tard malheureusement...cela va faire plus de 50 ans que l'on prévoyait ce genre chose...je ne vois pas comment on pourrait encore sauver la face a coup de dixième de mesure...il faut absolument changer notre mode de vie drastiquement...pas dans 5 ou 6 ans...MAINTENANT!!! Il nous faut un leader fanatique qui ait le courage de nous imposer l'inimpossable...

Les derniers commentaires

  • Mu le 17.08.2018 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait d'abord commencer par le sommet et cela est hors ne notre portée les centrales nucléaires, les fusées envoyées dans l'espace, les avions etc etc nous sommes très petits pollueurs a côté de cela. Tant que rien ne bougera au sommet nous serons menacés malheureusement .

  • oli le 17.08.2018 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    riches ou pauvres. luxembourgeois ou le reste du monde. Tout le monde y passera.

  • oli le 17.08.2018 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on nous annonce un réchauffement au delà des prévisions jusqu'en 2022. Entre méduses, cadavre de poissons, moustiques tigre, autres joyeusetés des jardins, nouveaux virus. Les choses s' accélères, vivement la fin.

  • The best le 16.08.2018 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est trop tard malheureusement...cela va faire plus de 50 ans que l'on prévoyait ce genre chose...je ne vois pas comment on pourrait encore sauver la face a coup de dixième de mesure...il faut absolument changer notre mode de vie drastiquement...pas dans 5 ou 6 ans...MAINTENANT!!! Il nous faut un leader fanatique qui ait le courage de nous imposer l'inimpossable...

    • deadborn le 17.08.2018 09:21 Report dénoncer ce commentaire

      la nature est notre leader fanatique qui se manifeste tout le temps et ensemble avec le temps, elle nous impose son dictat des conscéquences naturelles de nos actes manipulateurs ...

  • torolkozo le 16.08.2018 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les dramatiques conséquences du changement climatique sont encore tout a fait imprévisibles !!!

    • Gordo le 16.08.2018 19:40 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vrai, les dramatiques conséquences du changement sont imprévisibles !!! Sauf quelques unes qui le sont !!!