«Maison de l'horreur»

18 janvier 2018 21:05; Act: 18.01.2018 23:04 Print

Les parents tortionnaires risquent 94 ans de prison

Le couple d'Américains qui avait séquestré et torturé ses 13 enfants a été inculpé jeudi pour torture et maltraitance.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un couple d'Américains arrêté en Californie, qui a séquestré et affamé ses treize enfants pendant plusieurs années, a été inculpé jeudi pour torture et maltraitance, a indiqué le procureur du comté de Riverside, Mike Hestrin. Si tous les chefs d'inculpation sont retenus contre eux, David Allen Turpin, 57 ans, et son épouse Louise Anna Turpin, 49 ans, risquent de 94 ans à la prison à vie, a précisé M. Hestrin au cours d'un bref point presse.

Le couple a été arrêté dimanche à Perris, à 110 kilomètres au sud-est de Los Angeles, à la suite de l'évasion d'une de leur fille, âgée de 17 ans, qui a donné l'alerte. Les enfants, âgés de 2 à 29 ans, ont été retrouvés pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d'extrême saleté et de malnutrition sévère. Sept ont plus de 18 ans. Selon le procureur, la fratrie préparait «depuis plus de deux ans» un plan d'évasion.

De la négligence aux maltraitances brutales

Dans le détail, le couple est visé par douze chefs d'accusation de torture (l'enfant de deux ans n'aurait pas été torturé et était bien nourri), sept chefs de maltraitance d'un adulte dépendant, six chefs de maltraitance ou négligence d'enfant et douze pour séquestration. David Turpin est également visé par un chef d'acte obscène sur un enfant par la force, la peur ou la contrainte. Le procureur a précisé qu'il s'agissait de la façon dont le père avait ligoté l'une de ses filles, âgé de 14 ans. Ces chefs d'accusation portent sur des faits survenus depuis 2010.

Selon le procureur, ces maltraitances ont «commencé comme une punition» mais «ont empiré avec le temps» lorsque la famille habitait près de Fort Worth, au Texas, et après son arrivée en Californie. «Ce qui a commencé comme de la négligence s'est achevé par ces maltraitances brutales». Plusieurs des enfants souffrent de «déficiences cognitives» et de lésions nerveuses. Certains ne savaient pas ce qu'était un policier et l'adolescente de 17 ignorait ce qu'était un médicament.

(L'essentiel/afp)