Politique des autorités

14 novembre 2017 08:37; Act: 14.11.2017 17:25 Print

Les réseaux sociaux de plus en plus manipulés

À travers le monde, toujours davantage de gouvernements cherchent à contrôler les outils de communication sur Internet, s'inquiète un rapport.

storybild

Les pays autoritaires ont tendance à contrôler les réseaux sociaux, dans le but notamment d'orienter les discussions. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

De plus en plus de pays suivent l'exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur Internet, une grave menace pour la démocratie, s'est inquiétée mardi l'organisation Freedom House. Selon une étude sur la liberté de l'Internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé Internet en 2017 pour déformer l'information en ligne, contre 23 l'année précédente. Ces manipulations incluent l'usage de commentateurs payés, de trolls, de «bots» (des comptes automatisés) ou de faux sites d'information, selon ce rapport intitulé «Freedom on the Net» (Liberté sur Internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d'au moins 18 pays au cours de l'année écoulée, y compris aux États-Unis. «L'usage de commentateurs rémunérés et de "bots" politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d'abord été développé par la Chine et la Russie, mais c'est maintenant un phénomène mondial», a expliqué Michael Abramowitz, président de Freedom House. Pour Sanja Kelly, directrice du projet «Freedom on the Net», ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, «et plus difficiles à combattre que d'autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web».

Les États-Unis épargnés?

L'année 2017 marque selon l'organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur Internet. Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent Internet. Le rapport mentionne aux Philippines une «armée de claviers» dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l'impression d'un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l'utilisation par la Turquie de quelque 6 000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux. Accusée d'avoir cherché à influencer les élections aux États-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l'Internet dans le pays.

Les États-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport. «Si l'environnement en ligne aux États-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif», indique le rapport, ajoutant que «les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Filax le 14.11.2017 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    La Russie et la Chine! OK, et les autres? Vous n'allez quand même pas me dire que ce sont des anges! Dans le temps on avait des espions et des agents secrets, de nos jours ce sont les réseaux sociaux! Ils sont d'ailleurs idéal puisque les gens livrent eux même tout sur eux!

  • RamBo le 14.11.2017 10:33 Report dénoncer ce commentaire

    Comment un "réseau informatique" peut être social ?

  • JT le 14.11.2017 12:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la démocratie lol le mot qui n'existe pas dans la réalité

Les derniers commentaires

  • Hofcat le 15.11.2017 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement nous avons des médias irréprochables qui nous expliquent par exemple que l'invasion de l'Irak est une source de progrès et de stabilité dans le monde tandis que la (supposée) influence de la Russie sur la dernière élection présidentielle US est un crime abominable.

  • Raphaël le 15.11.2017 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    On l'a vu récemment avec la Catalogne et on en la preuve. Des hackers russes s'en sont donnés à coeur joie pour diffuser des milliers de fausses infos pro-séparatistes afin de renforcer la division et affaiblir l'image de la démocratie

  • realite le 14.11.2017 18:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Democratie , je connais pas

    • 20-100 le 14.11.2017 19:56 Report dénoncer ce commentaire

      Si la démocratie existait ça ferait longtemps qu'elle serait hors la loi!

  • libre penseur le 14.11.2017 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je me pose de plus en plus la question de fermer mon compte facebook . parceque là on donne le bâton pour nous frapper :)

    • Cendre le 14.11.2017 16:40 Report dénoncer ce commentaire

      Faites comme moi, ne poster ni photo, ni ce que vous pensez...

    • HYBRIDE le 14.11.2017 21:57 Report dénoncer ce commentaire

      Les algorithmes sont capables de suivre ce qu'ils appellent les utilisateurs fantômes, vous allez vous attarder sur une photo, un commentaire, un article sur FB. Votre profil psychologique sera immédiatement compris par le programme. Vous êtes en retard de plusieurs TGV. Vous fermez votre compte ? Je n'ose pas vous dire la suite, cherchez sur google. Bonne nuit.

  • JT le 14.11.2017 12:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la démocratie lol le mot qui n'existe pas dans la réalité

    • RamBo le 15.11.2017 09:50 Report dénoncer ce commentaire

      "lol" n'existe pas non plus.