Canada

02 janvier 2018 08:32; Act: 02.01.2018 16:15 Print

Manque d'équipage et froid: chaos aux aéroports

Le froid , la neige à Toronto, voire l'absence inopinée d'équipages, ont provoqué retards et annulations de vols, lundi, dans les principaux aéroports canadiens.

storybild

Des températures pouvant descendre jusqu'à -50 degrés vont sévir jusqu'au début du mois de janvier dans plusieurs provinces canadiennes. (photo: Aaron Lynett)

Sur ce sujet

Dès les premières heures, lundi, Air Canada a émis sur les réseaux sociaux une «alerte voyage» en prévoyant des «modifications sans frais des réservations» au départ de Toronto, Montréal, Calgary et Ottawa.

Les retards au décollage ont augmenté au fil de la journée du Nouvel An pour atteindre parfois jusqu'à cinq heures en milieu d'après-midi, selon les affichages des sites des aéroports.

À Toronto, la neige a compliqué les opérations des compagnies et près de 500 vols avaient déjà été retardés ou annulés à l'aéroport Pearson vers 15h30 locale (21h30 heure suisse), selon le site FlightAware.

Retards et dérangement

Des centaines de passagers, bloqués, tentaient sur les réseaux sociaux d'obtenir de l'aide, des informations ou déversaient plus généralement leur colère.

«Vous m'avez coûté deux jours de vacances et un jour de salaire», a posté Carla Whyte sur son fil Twitter. Une autre voyageuse, Anne-Marie Robart parlait de «vacances ruinées» attendues pendant toute une année.

De Montréal, un habitant de Detroit (nord des États-Unis) a décollé avec plus de deux heures de retard pour se retrouver bloqué à Toronto, où Air Canada ne lui proposait un vol que mardi dans la soirée en dépit des deux vols encore prévus lundi.

La compagnie WestJet, outre la météo récalcitrante, a dû présenter des excuses pour des annulations «en raison d'un problème de manque d'équipage». «Nous souhaiterions ne jamais ennuyer nos passagers de cette façon et nous présentons de sincères excuses», a indiqué la compagnie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mamomam le 02.01.2018 09:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est l'hiver, quoi!

  • Stéphane le 02.01.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je ne vois aucun problème, cela fait parti des aléas climatiques, y'a qu'à porter plainte contre la planète....

  • citoyen le 02.01.2018 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les gens sont devenus tellement exigeants qu'ils n'arrivent pas à comprendre qu'il s'agit de leurs sécurité alors ils râlent et en veulent au compagnies sans vouloir comprendre qu'on ne peut rien faire contre le climat .bientôt on va reprocher à la nature ou dieu ou la science que 9 mois d'attente pour avoir un enfant est trop long car .

Les derniers commentaires

  • citoyen le 02.01.2018 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les gens sont devenus tellement exigeants qu'ils n'arrivent pas à comprendre qu'il s'agit de leurs sécurité alors ils râlent et en veulent au compagnies sans vouloir comprendre qu'on ne peut rien faire contre le climat .bientôt on va reprocher à la nature ou dieu ou la science que 9 mois d'attente pour avoir un enfant est trop long car .

  • Stéphane le 02.01.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je ne vois aucun problème, cela fait parti des aléas climatiques, y'a qu'à porter plainte contre la planète....

  • Rian air le 02.01.2018 10:18 Report dénoncer ce commentaire

    Avant il y avait les "overbooking" maintenant sanctionnés par des indemnités aux voyageurs. Alors les transporteurs ont trouvé une nouvelle méthode ...les "cancellation" pour manque de pilote qui eux ne sont pas (encore) sanctionnés. Les passagers des avions annulés sont replacés dans les avions suivants et ceux qui n'ont pas de place (les overbookés) tirent leur plan. CQFD

    • Pousser le 02.01.2018 12:45 Report dénoncer ce commentaire

      Et quoi? Les gars doivent aller se tuer sur la route pour se presenter au boulot coute que coute?

  • Mamomam le 02.01.2018 09:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est l'hiver, quoi!

    • Martin le 02.01.2018 11:16 Report dénoncer ce commentaire

      Sortez couverts!