Singapour

12 octobre 2017 12:28; Act: 12.10.2017 12:52 Print

Oban, un bébé rhino de 1 mois, rejoint son habitat

Un bébé rhinocéros blanc, né en septembre au zoo de Singapour, a été transféré dans un enclos visible par le public.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Oban. Signification: «roi» en yoruba, une langue d'Afrique de l'Ouest. Tel est le prénom qui a été donné au petit rhinocéros né dans un zoo de Singapour en septembre. Ce jeudi, on apprend que le bébé, 1 mois désormais, sort pour la première fois et rejoint son enclos où le public pourra le voir.

Le mammifère originaire des savanes africaines avait passé les premières semaines de sa vie en captivité avec sa mère dans un enclos non accessible aux visiteurs du zoo de la ville-État d'Asie du Sud-Est. Les gardiens du zoo ont décidé qu'il était temps de transférer le bébé rhinocéros dans un enclos visible par le public et où se trouvent six autres rhinocéros blancs.

Découvrant son nouvel environnement, Oban a galopé dans l'enclos et pourchassé des oiseaux. Sa mère Donsa, un rhinocéros de 32 ans qui a eu jusqu'ici 11 petits, a gardé un œil sur le dernier-né. Les rhinocéros nés en captivité à Singapour ont été envoyés dans d'autres zoos de la région, en Australie, en Indonésie et en Thaïlande.

Espèce quasi menacée

Le rhinocéros blanc était une espèce en danger critique en raison du braconnage et de son déclin lié à la perte de son habitat naturel. Mais, grâce aux efforts d'organisations de défense des animaux, il est désormais classé comme espèce «quasi menacée» par l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

L'Afrique du Sud abrite environ 20 000 rhinocéros blancs, soit environ 80% de la population mondiale, mais nombre de mammifères ont succombé au braconnage ces dernières années. La corne de rhinocéros, composée simplement de kératine comme les ongles humains, est très prisée en Chine et au Vietnam, pays d'Asie où elle est utilisée dans la médecine traditionnelle.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.