Traité de Schengen

18 avril 2012 22:32; Act: 19.04.2012 16:46 Print

Paris et Berlin veulent rétablir les frontières

La France et l'Allemagne ont réclamé la possibilité de pouvoir rétablir des contrôles aux frontières nationales pendant un mois en cas de défaillance de l'espace Schengen.

storybild

Les gouvernements allemand et français réclament «la possibilité, en dernier ressort, de réintroduire des contrôles aux frontières internes pour une période n'excédant pas 30 jours» (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La lettre est co-signée par le ministre de l'Intérieur français Claude Guéant et son homologue allemand Hans-Peter Friedrich, qui précisent avoir l'intention d'expliquer leur position à leurs homologues européens lors d'une réunion prévue le 26 avril à Luxembourg. Cette prise de position précise les demandes du chef de l’État français Nicolas Sarkozy et candidat à l'élection présidentielle du 6 mai, et entend démontrer qu'elle sont partagées par le gouvernement allemand, a-t-on expliqué de source française.

«L'application de Schengen c'est 1995, ça fait donc 17 ans. Dix-sept ans et ça ne fonctionne pas», avait clamé en mars le président-candidat. «Nous avons besoin d'un mécanisme de compensation pour le cas ou un État membre, en dépit de l'aide qui lui a été apportée, se révèle incapable d'assurer ses obligations au titre de la protection des frontières extérieures de l'UE», souligne la lettre franco-allemande. Les deux gouvernements réclament «la possibilité, en dernier ressort, de réintroduire des contrôles aux frontières internes pour une période n'excédant pas 30 jours» dans le cadre de ce «nouveau mécanisme» intégré sous forme «d'amendements aux codes frontières Schengen».

«Si nous avons voulu l'Europe c'est pour que l'Europe nous protège»

«À l'issue de ces trente jours, il reviendrait à la Commission européenne de recommander au Conseil (qui représente les gouvernements des 27, ndlr) de poursuivre ou d'interrompre les contrôles aux frontières internes», précisent-ils. Mais «la décision elle-même appartiendrait au Conseil (des ministres européens)», insistent-ils. Paris et Berlin entendent ainsi redimensionner le rôle de la Commission, qui, accusent-ils, «s'est attribué la faculté de décider elle même de la réintroduction temporaire des contrôles aux frontières en cas de menace à la sécurité et à l'ordre public».

«Cette prérogative relève de la souveraineté nationale (...) et c'est là un point non négociable», avertissent-ils. «Si nous avons voulu l'Europe c'est pour que l'Europe nous protège. Si nous avons voulu Schengen, c'est pour que les frontières de l'Europe soient défendues, pas pour que l'Europe soit une passoire», avait argué le chef de l’État français. Nicolas Sarkozy avait toutefois été beaucoup plus loin en menaçant de suspendre la participation de la France aux accords de Schengen s'il n'obtenait pas satisfaction.

La Commission lui a rappelé que l'accord de Schengen entré en vigueur en 1985 a d'abord été signé sous la forme d'une convention purement inter-gouvernementale entre les pays en faisant partie. Mais il a été depuis, en 1997, intégré au traité de l'Union européenne. Et donc des modifications de fond nécessiteraient une réouverture de ce dernier traité, une approbation de tous les pays de l'UE et des ratifications ensuite.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • yann le 19.04.2012 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    vive l europe

  • pascal le 19.04.2012 02:55 Report dénoncer ce commentaire

    Connerie,ils ne savent plus quoi inventer, je preferai qu on les contrôle ces hommes politiques aux passages des frontières

  • Barbare le 19.04.2012 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Ou bien vous les réintruisez ou bien vous ne le faites pas. Au prix que cela coûte il est quand même irresponsable de le faire pour 30 jours! D'un autre côté Sarkozy est drôle aussi. Il dit "pour que l'Europe nous protège", mais pourquoi n'entreprend il rien pour combattre la criminalité dans son propre pays? C'est énorme combien de criminalité s'exporte à partir de la France!

Les derniers commentaires

  • yann le 19.04.2012 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    vive l europe

  • roger le 19.04.2012 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    ils aurait jamais dû ouvrir les frontières vu tous les truands qui traverse nos frontière pour commettre leurs crimes et reparte sans être inquiéter

    • Youppy le 19.04.2012 18:48 Report dénoncer ce commentaire

      Avant l'ouverture des frontières c'était pareil et la fermeture des frontières n'y changera rien vu que les truands connaisent tous les passages. Les euls à être emm** seront les gens simples et surtout les frontaliers.

  • Euro P1 le 19.04.2012 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Vous l'avez dans le pète..... On nous a demandé, puis forcé à signer divers traités européens, faites le bilan et voyez combien la CEE coûte et surtout rapporte aux pays ? fermeture de commerces, législation tronquées, lobbies, fonctionnaires inutiles mais on a l'euro.......

  • Barbare le 19.04.2012 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Ou bien vous les réintruisez ou bien vous ne le faites pas. Au prix que cela coûte il est quand même irresponsable de le faire pour 30 jours! D'un autre côté Sarkozy est drôle aussi. Il dit "pour que l'Europe nous protège", mais pourquoi n'entreprend il rien pour combattre la criminalité dans son propre pays? C'est énorme combien de criminalité s'exporte à partir de la France!

  • thierry le 19.04.2012 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    il faut tout simplement remettre les douaniers a chaque frontieres ! il y a trop de laxisme (drogues, les illegaux, en cas de poursuites, ...) enfin une bonne initiave demande par le couple Franco-Allemand .