Selon des chercheurs

06 juin 2017 19:55; Act: 07.06.2017 11:09 Print

Risque grandissant d'une collision avec un astéroïde

Des astronomes ont évoqué mardi le risque plus élevé pour la Terre d'être touchée par un astéroïde, recommandant des recherches pour éviter «un désastre local ou continental».

storybild

Les astéroïdes, quand ils sont très grands, peuvent être une menace réelle. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les astéroïdes en question proviennent d'une branche récemment découverte des Taurides, étoiles filantes d'un essaim météorique apparaissant régulièrement dans le ciel. L'étude de l'Académie tchèque des sciences recommande vivement de poursuivre des recherches approfondies pour «mieux décrire cette source réelle d'objets potentiellement dangereux, suffisamment importants pour causer un désastre local ou même continental».

La nouvelle branche comprend des objets se déplaçant ensemble autour du Soleil. La Terre les rencontre une fois toutes les quelques années, pendant une période d'environ trois semaines. «Pendant cette période, la probabilité d'une collision avec un objet de taille (d'environ des douzaines de mètres dans le diamètre) est manifestement plus élevée», a souligné l'Académie tchèque, dans un communiqué de presse.

Menace réelle de collision

Les scientifiques ont tiré leurs conclusions après l'analyse de 144 bolides - grands météores lumineux - au sein des Taurides et la détection de cette nouvelle branche comprenant au moins deux astéroïdes de 200 à 300 mètres de diamètre. «Le plus probablement, la branche comprend aussi nombre d'astéroïdes non détectés, d'une dizaine de mètres de diamètre ou plus grands», indique l'Académie dans un communiqué de presse.

«D'où le risque d'une collision avec un astéroïde qui augmente manifestement quand la Terre rencontre cet essaim de matière interplanétaire, toutes les quelques années», selon ce texte. Les astéroïdes sont très fragiles, mais quand ils sont aussi grands ils peuvent pénétrer profondément dans l'atmosphère et créer une menace réelle de collision avec la Terre, expliquent les scientifiques.

(L'essentiel/AFP)