Après Fukushima

04 octobre 2017 12:24; Act: 04.10.2017 12:54 Print

Tepco va pouvoir relancer des réacteurs

C'est la première fois que des réacteurs gérés par Tokyo Electric Power peuvent redémarrer depuis l'accident de Fukushima.

storybild

Tepco va pouvoir redémarrer des réacteurs nucléaires, mais ce n'est a priori pas pour tout de suite. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco. Cela revient à un feu vert technique pour le redémarrage des tranches 6 et 7 de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa (nord-ouest) qui, selon les membres de l'autorité réunis mercredi matin, remplissent les critères de sûreté plus sévères imposés après le drame de Fukushima en mars 2011.

C'est la première fois que des réacteurs gérés par Tokyo Electric Power (Tepco) obtiennent la certification de l'autorité de régulation depuis l'accident de Fukushima qui a affecté deux de ses trois centrales nipponnes, en l'occurrence Fukushima daiichi (la plus sinistrée) et Fukushima daini, qui totalisent 10 tranches. C'est aussi la première fois que le feu vert technique est donné à des réacteurs dits à eau bouillante (REB ou BWR), du même type que ceux de Fukushima daiichi.

«Cela ne signifie pas pour autant qu'il vont être relancés de suite, il faudra peut-être des années, mais c'est un développement important compte tenu des nombreux problèmes de sûreté encore non résolus concernant la centrale de Kashiwasaki-Kariwa», a réagi Shaun Burnie, un spécialiste de l'énergie nucléaire de l'organisation écologiste Greenpeace.

Cinq réacteurs en service

Tokyo Electric Power (Tepco) va encore devoir obtenir les autorisations politiques des élus de la régions, notamment celle du gouverneur de la préfecture de Niigata, une approbation sans laquelle aucun des réacteurs de Kashiwasaki-Kariwa ne peut être relancé.

«On s'attend à ce que l'autorisation gouvernementale de redémarrer les réacteurs soit officiellement accordée au début de l'année prochaine, ou peu de temps après, à la suite de commentaires publics et d'un avis du responsable du ministère de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (METI) sur l'éligibilité de Tepco en tant qu'opérateur», a écrit sur son site Internet le Forum des industries atomiques japonaises (Jaif).

«L'accord de la préfecture de Niigata, cependant, est une autre question. La position du gouverneur, Ryuichi Yoneyama, est que la cause de l'accident de Fukushima daiichi n'a pas été précisément identifiée et qu'il faudra trois ou quatre ans avant de pouvoir le faire. Plusieurs années devraient donc être nécessaires avant que Tepco puisse redémarrer les unités de Kashiwasaki-Kariwa», ajoute-t-il.

Actuellement, 5 réacteurs sont en service au Japon, tous de type à eau pressurisée (PWR ou REP), sur un parc ramené à 42 unités contre 54 avant la catastrophe de Fukushima.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.