Au Venezuela

17 août 2018 07:13; Act: 17.08.2018 07:21 Print

Un autre pont Morandi suscite la crainte

Plus ancien et près de huit fois plus long que son «jumeau» de Gênes, le pont Morandi de Maracaibo, au Venezuela, inquiète après la tragédie italienne.

Sur ce sujet

Long de 8 678 mètres, contre 1 182 pour celui de Gênes, le viaduc Général Rafael Urdaneta, également conçu par Riccardo Morandi, a été inauguré en 1962, soit 5 ans avant l'ouvrage italien qui s'est partiellement effondré mardi, faisant près de 40 morts. Ce pont, seul axe qui traverse le vaste lac de Maracaibo, est resté fermé de vendredi à lundi après l'incendie d'une armoire électrique située à une de ses extrémités. À cet endroit, passe le réseau qui alimente la deuxième ville du Venezuela et cœur battant de l'industrie pétrolière du pays.

Quelque quatre millions d'habitants de la zone ont été privés d'électricité et pratiquement isolés du reste du pays, où les coupures de courant sont fréquentes. Mais cette fois-ci «le cauchemar a été beaucoup plus long», se plaint Roxana Peña, qui habite à San Francisco, à proximité de l'ouvrage. Le gouvernement dénonce un acte de «sabotage», une thèse fréquemment utilisée par le camp du pouvoir pour expliquer les dysfonctionnements au Venezuela, secoué par une grave crise politico-économique.

Fortes inquiétudes

En milieu de semaine, l'accès au pont était toujours limité en raison des réparations. Mais au-delà de cet incident, celui qui fut le pont le plus long du monde à sa construction en 1962, inquiète. Selon Marcelo Monot, ex-président du Centre des ingénieurs de Zulia, les pylônes n'ont pas été inspectés depuis plus de deux décennies. En outre, «le système de pesage (des véhicules) ne fonctionne pas depuis des années: le poids des camions n'est donc pas vérifié, ce qui représente un risque», ajoute-t-il.

Au Venezuela, les routes sont exclusivement contrôlées par l'État. Une alternative au viaduc de Maracaibo, le pont Nigale, est en construction depuis plusieurs années, mais «seul 17% ont été réalisés en 12 ans», explique M. Monot.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rémi le 17.08.2018 14:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le dessous du moindre vieux pont sous lequel on passe fait peur, petit ou grand

  • ladeux le 17.08.2018 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en Belgique c'est monnaie courante suffit de voir nos tunnels près de BXL. et on ne cesse pas de rouler pour autant ainsi que de payer nos impôts type taxe de roulage qui est sensé payer les réparations de nos routes.

  • Citoyen 57 le 17.08.2018 12:25 Report dénoncer ce commentaire

    On attends toujours les catastrophes pour prendre des mesures adéquates .Ceux qui se foutent de l'état des ponts et des routes seront les premiers à se plaindre s'ils sont victimes d'un accident. Il ne faut pas céder pas à la psychose mais force est de constater que la maintenance fait parfois défaut . A titre indicatif en juin 2017 un bloc de béton est tombé du pont autoroutier de Beauregard devant le véhicule de mon fils arrété aux feux route Terville Thionville. J'ai appelé immédiatement la DIR Est.Ils sont venus de suite constater l'état du pont.

Les derniers commentaires

  • moltes le 18.08.2018 10:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ou son grain de ciment ou d’acier

  • vilecoyote le 17.08.2018 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement. L'Italie n'en est pas loin non plus. Ni la France. En fait si vous prêtez attention aux médias l'idée de l'effondrement de notre civilisation de part notre dette entropique commence à infuser les cervelles.

  • BofBof le 17.08.2018 23:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être que là-bas contrairement à l’Italie, la mafia n’y a peut-être pas mis son grain de sable dans la construction...

  • moltes le 17.08.2018 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’empêche le sentiment est pour tous le monde le même !! Peur de prendre un pont en ce moment surtout un viaduc

  • Problème grave le 17.08.2018 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le Venezuela est en faillite. Donc, le pont aussi. Je pense que les venezueliens doivent juste essayer d'oublier cette monstrueuse catastrophe qui pointe à l'horizon, car, comme pour le reste, que peuvent-ils faire d'autre?