États-Unis

29 septembre 2020 07:43; Act: 29.09.2020 11:56 Print

À 35 jours du vote, premier débat entre Trump et Biden

Après des mois de campagne et d’attaques en tout genre, Donald Trump et Joe Biden se retrouvent mardi soir pour le premier des trois débats prévus.

storybild

Le premier débat entre le président républicain Donald Trump et l’ancien vice-président démocrate Joe Biden aura lieu mardi, à Cleveland, dans l’Ohio. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Après des mois d’invectives, l’heure du face-à-face a sonné: Donald Trump et Joe Biden se retrouvent mardi ensemble sur scène à 35 jours d’une élection présidentielle américaine sous très haute tension. Des dizaines de millions d’Américains auront les yeux rivés sur leurs écrans pour ce premier débat entre le président républicain, 74 ans, et l’ancien vice-président démocrate, 77 ans.

Si leur impact sur le scrutin reste souvent limité, ces rendez-vous sont des moments forts de la campagne électorale, depuis le premier tête-à-tête télévisé organisé il y a 60 ans, à Chicago, entre John F. Kennedy et Richard Nixon. À Cleveland, dans l’Ohio, un État-clé susceptible de basculer d’un côté ou de l’autre, les deux hommes se retrouveront sur scène pendant 90 minutes, sous l’œil du journaliste de Fox News, Chris Wallace, figure respectée dans les deux camps.

Covid-19 oblige, aucune poignée de main n’est prévue pour ce duel qui débutera à 21h (3h mercredi au Luxembourg) devant un public restreint. Distancé dans les sondages depuis de longues semaines, Donald Trump espère une bonne soirée – ou un spectaculaire faux pas de son adversaire démocrate – pour se relancer.

À l’approche du scrutin du 3 novembre, il redoute de devenir le premier président à ne pas être réélu depuis plus d’un quart de siècle (défaite de George H. W. Bush face à Bill Clinton en 1992). Le Covid-19, la Cour suprême, l’économie, les questions raciales, les bilans des deux candidats ainsi que «l’intégrité du scrutin» feront partie des sujets au menu.

Langage corporel

Après les révélations explosives du New York Times, le patrimoine de Donald Trump et sa situation fiscale devraient également figurer en bonne place dans les échanges qui pourraient être explosifs. Mais les petites phrases et le langage corporel des deux hommes seront scrutés avec attention. Depuis des semaines, le locataire de la Maison-Blanche moque les capacités physiques et mentales de «Sleepy Joe» («Joe l’endormi»), le présentant comme une marionnette manipulée par la «gauche radicale».

Tout sépare les deux candidats septuagénaires. Donald Trump s’est présenté une fois, en 2016, et a créé la plus grande surprise de l’histoire politique moderne. Entré en politique il y a un demi-siècle, Joe Biden, sénateur puis vice-président, espère que sa troisième tentative pour la Maison-Blanche (il s’était déjà présenté aux primaires démocrates en 1988 et 2008) sera la bonne.

La force de l’ancien homme d’affaires? Sa capacité à surprendre, casser les codes, imposer ses propres règles, son propre style. «C’est un débatteur à part, il n’y a pas vraiment de recette pour l’affronter», explique à l’AFP Aaron Kall, enseignant à l’Université du Michigan et auteur d’un livre intitulé «Debating The Donald».

Deux autres débats, le 15 et 22 octobre

Dans le camp de Joe Biden, on table sur son expérience, son sens de l’empathie. «Les Américains vont voir à quoi ressemble un président», a assuré sa femme Jill Biden. «Calme, constant, fort, résistant». Mais la crainte d’une gaffe hante le camp démocrate, tant ce vieux lion de la politique est habitué du genre.

À l’approche du grand rendez-vous, Donald Trump a de nouveau formulé une étrange demande sur le mode mi-humoristique mi-provocateur qu’il affectionne: un contrôle antidopage pour Joe Biden. Ce dernier s’est refusé à tout commentaire dimanche. Mais son équipe a envoyé une réponse cinglante à cette demande. «Si le président pense que la meilleure façon de présenter ses arguments c’est par l’urine, alors qu’il ne se gêne pas», a déclaré la directrice de communication du candidat démocrate, Kate Bedingfield.

La stratégie n’a rien de nouveau. Il y a quatre ans, Donald Trump avait formulé exactement la même demande face… à Hillary Clinton. Les deux autres débats présidentiels sont prévus les 15 et 22 octobre, respectivement à Miami, en Floride, et à Nashville, dans le Tennessee. Le vice-président républicain Mike Pence affrontera la colistière de Joe Biden, la sénatrice et ex-procureure Kamala Harris, le 7 octobre à Salt Lake City, dans l’Utah.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.