Scandale aux États-Unis

20 décembre 2021 22:48; Act: 21.12.2021 10:51 Print

À 8 ans, ils miment la mort dans une chambre à gaz

Une enseignante de Washington a demandé à sa classe de rejouer des scènes de l’Holocauste. Elle a notamment exigé d’un écolier juif qu’il simule le suicide d’Hitler.

Sur ce sujet
Une faute?

Malaise dans une école primaire de Washington D.C. Une enseignante a été suspendue après avoir demandé à ses élèves de 8-9 ans de rejouer l’Holocauste, rapporte le Washington Post. Pour faire prendre conscience à ses petits protégés de l’horreur du génocide, la prof leur a fait jouer des scènes. Selon un parent d’élève, son fils a dû faire semblant d’être dans un train partant en direction d’un camp de concentration. Il a, ensuite, dû simuler sa mort dans une chambre à gaz. Il a également été demandé à l’écolier de faire semblant d’exécuter ses camarades.

D’après un autre parent, un élève juif a dû endosser le rôle d’Adolf Hitler et mimer le suicide du dictateur. Le directeur de l’établissement a expliqué qu’à l’origine, les écoliers étaient censés profiter de leur cours de lecture pour travailler sur un projet qu’ils auraient eux-mêmes imaginé avant les vacances de fin d’année. Mais l’enseignante avait d’autres plans.

«La gravité de cette mauvaise décision»

«Je tiens à souligner la gravité de cette mauvaise décision pédagogique, car on ne devrait jamais demander aux élèves de jouer ou de représenter une atrocité, en particulier un génocide, une guerre ou un meurtre», a écrit Scott Berkowitz, dans un e-mail adressé aux parents.

Selon d’autres témoignages, l’enseignante aurait tenu des propos antisémites. Quand ses élèves lui ont demandé pourquoi les Allemands avaient agi de la sorte, elle aurait répondu: «Parce que les Juifs ont fichu Noël en l’air». La prof avait demandé à sa classe de garder le secret sur ce jeu de rôle, mais les enfants en ont immédiatement parlé à un autre enseignant. Une enquête interne est en cours. Les enfants concernés ont pu rencontrer l’équipe d’intervention en santé mentale de l’école, après l’incident.

(L'essentiel/joc)