En Chine

15 août 2017 14:38; Act: 16.08.2017 10:01 Print

Accro au web, il meurt après une «cure de désintox»

Le jeune homme avait été placé dans un centre fermé et isolé pour soigner son addiction à Internet. Les causes de son décès sont peu claires.

storybild

La Chine compte des millions de jeunes qui passent l'essentiel de leur temps à jouer sur internet. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un adolescent chinois est mort moins de 48 heures après son arrivée dans un centre de rééducation destiné aux accros du web, un drame qui met en lumière ces établissements controversés. En Chine, l'addiction à Internet est considérée comme un trouble clinique depuis 2008. Et le pays compterait des millions de jeunes passant l'essentiel de leur temps à jouer.

Les parents de la victime de 18 ans, Li Ao, avaient payé 22 800 yuans (2 900 euros) pour 180 jours de rééducation dans un centre «fermé et isolé» de la province de l'Anhui (est). L'école promettait d'utiliser une combinaison de méthodes psychologiques et d'entraînement militaire, ont déclaré son père et sa mère dimanche à la télévision publique CCTV.

Cicatrices sur le corps

La cause du décès n'est pour l'instant pas établie. Les parents ont assuré avoir reçu un appel téléphonique du centre un jour et demi après l'admission de leur fils, leur annonçant que ce dernier était aux urgences. Lorsqu'ils sont arrivés à l'hôpital, ils disent l'avoir trouvé à la morgue et recouvert de cicatrices.

«Les éducateurs du centre nous ont pourtant assuré qu'ils ne frappaient jamais les enfants ni n'utilisaient de châtiments corporels», a déclaré sa mère Liu Dongmei à CCTV. Selon la télévision publique, l'école, située près de la capitale provinciale Hefei, n'avait pas l'autorisation de fonctionner.

Les membres de la direction de l'école et quatre éducateurs ont été interpellés par la police. Une enquête est toujours en cours, selon CCTV.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.