En Inde

25 mai 2020 15:50; Act: 25.05.2020 17:53 Print

Accusé d'avoir utilisé des serpents pour tuer sa femme

La police indienne a arrêté un homme accusé d'avoir recouru à deux serpents venimeux pour assassiner sa femme. Il voulait faire passer sa mort pour accidentelle.

storybild

Les relevés téléphoniques montrent que le suspect a été en contact avec des éleveurs de serpents. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La vipère n'ayant pas fonctionné, il a donc utilisé un cobra. Selon les enquêteurs de l'État du Kerala (sud de l'Inde), Sooraj, 27 ans, s'est procuré en mars une vipère de Russell pour mordre sa femme Uthra. La jeune femme a survécu à l'attaque mais le venin l'a obligée à rester hospitalisée pendant deux mois, a indiqué lundi à l'AFP le responsable policier Ashok Kumar.

Pendant qu'Uthra était en convalescence dans la maison de ses parents ce mois-ci, Sooraj a alors alors jeté sur elle, durant son sommeil, un cobra obtenu auprès d'un éleveur de serpents. «Sooraj est resté dans la même pièce qu'Uthra en faisant comme si de rien n'était. Il suivait sa routine matinale lorsqu'il a été alerté par les hurlements de la mère d'Uthra», a décrit la police, dans un communiqué.

Vidéos de serpents

Emmenée à l'hôpital, la femme a été déclarée morte. Les parents d'Uthra ont commencé à avoir des soupçons lorsque le veuf a voulu mettre la main sur les biens de sa femme seulement quelques jours après son décès. Uthra était issue d'une famille aisée tandis que Sooraj, qui travaille comme employé de banque, était d'origine plus modeste. Le couple a un enfant d'un an.

Les relevés téléphoniques montrent que le suspect a été en contact avec des éleveurs de serpents et a regardé des vidéos de serpents sur Internet, selon la police.

La dot d'Uthra était conséquente: près de 100 pièces d'or, une nouvelle voiture et un demi-million de roupies en argent liquide (6 000 euros). «Sooraj craignait qu'en divorçant d'Uthra il ne doive rendre la dot. C'est pourquoi il a décidé de la tuer», a affirmé la police, dans un communiqué. Le fournisseur des serpents a également été arrêté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.