Afrique du Nord

12 septembre 2019 08:32; Act: 12.09.2019 11:13 Print

Algérie: vers une autorité électorale indépendante

Le ministre de la Justice a proposé mercredi de créer une autorité électorale indépendante en Algérie.

storybild

Le mouvement de contestation, qui agite le pays depuis le 22 février, demande le départ de tous les anciens fidèles de l'ex-président Bouteflika.

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre algérien de la Justice a présenté mercredi au Parlement un projet de loi prévoyant la création d'une autorité indépendante en charge des élections, qui organiserait le prochain scrutin présidentiel sans que le gouvernement ne s'implique dans le processus.

Le texte prévoit le transfert de «toutes les prérogatives des autorités publiques - à savoir administratives en matière électorale - à l'autorité indépendante en charge des élections», a précisé M. Belkacem Zeghmati, devant les députés de l'Assemblée nationale. Elle aura pour mission d'organiser, surveiller le processus électoral et «superviser toutes ses étapes, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à l'annonce des résultats préliminaires», a-t-il ajouté.

«Instance de dialogue»

Le ministre a également présenté devant les députés un projet de loi sur la révision de la loi électorale, censée garantir «la transparence, la régularité et la neutralité» des élections à venir. L'actuel code électoral est décrié par l'opposition qui estime qu'il donne de larges prérogatives à l'administration durant les élections.

Ces deux projets de loi ont été proposés par une «instance de dialogue», chargée par le pouvoir de sortir le pays de la crise après la démission le 2 avril du président Abdelaziz Bouteflika, après 20 ans à la tête de l'Algérie. L'«instance de dialogue» a présenté ces deux projets dans le cadre d'un rapport final remis dimanche, au chef de l'État par intérim, Abdelkader Bensalah.

(L'essentiel/afp)