Au Mozambique

27 avril 2019 14:09; Act: 27.04.2019 14:17 Print

Après le cyclone, les pluies se poursuivent

Le Mozambique a été frappé par le cyclone Kenneth samedi. Celui-ci a été rétrogradé en dépression tropicale, mais la situation reste compliquée sur le terrain.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les pluies se poursuivaient samedi dans l'extrême nord du Mozambique frappé par un cyclone jeudi, laissant craindre des inondations dans cette région reculée où des organisations humanitaires sont arrivées pour évaluer l'étendue des dégâts. Le cyclone Kenneth a fait au moins un mort et détruit partiellement ou totalement 3 300 maisons, selon l'Institut mozambicain de gestion des situations d'urgence (INGC). Quelque 18 000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'hébergement d'urgence.

Kenneth, qui a été rétrogradé en dépression tropicale, était «bloqué» samedi sur la province mozambicaine du Cabo Delgado, où il doit rester encore «au moins deux jours», selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha). «On attend de fortes pluies dans les prochains jours, a prévenu l'Ocha. De fortes précipitations sont également attendues dans le sud de la Tanzanie voisine dans les dix prochaines jours», selon l'Ocha. Samedi matin, des services de secours, notamment des militaires brésiliens, du personnel de l'Ocha et du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), sont arrivés à Pemba, la capitale du Cabo Delgado, pour évaluer la situation.

Le travail des humanitaires était compliqué par l'absence de télécommunications et des routes impraticables. C'est la deuxième fois en moins de six semaines que le Mozambique est frappé par un cyclone. Kenneth a touché la côte du Cabo Delgado avec une extrême violence, supérieure à celle avec laquelle Idai avait noyé Beira le 14 mars.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.