Bangladesh

01 septembre 2021 18:52; Act: 01.09.2021 19:03 Print

Arrêté pour avoir électrocuté un éléphant sauvage

Une plainte a été déposée pour cruauté envers un animal au Bangladesh, après qu’un fermier et ses fils ont tué lundi un éléphant sauvage d’Asie. Le fermier a été arrêté.

storybild

Quelque 63 éléphants ont été recensés au Bangladesh, selon des statistiques de 2017. (photo: AFP/Photo d’archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Un fermier bangladais a été arrêté dans le sud-est du Bangladesh, accusé d’avoir tué un éléphant sauvage d’Asie, une espèce en danger d’extinction, ont indiqué les autorités mercredi.

Lundi soir, un éléphant adulte a été grièvement blessé par l’un des pièges à haute tension qu’un fermier et ses fils avaient disposés tout autour de leur rizière, près de Ramu, à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie où se situe l’un des nombreux couloirs de migration des pachydermes.

Le fermier de 65 ans et ses trois fils ont ensuite tué l’animal, selon l’administrateur du gouvernement de Ramu, Pronoy Chakma. «Ils ont ensuite sauvagement mis l’éléphant en pièces avant de tenter de l’enfouir dans la boue», a raconté le fonctionnaire à l’AFP, ajoutant que le fermier avait été rapidement arrêté. Il encourt huit années d’emprisonnement.

En revanche, ses fils, en fuite, sont activement recherchés. Une plainte a été déposée pour cruauté envers un animal.

Huitième cas

Il s’agit du huitième éléphant dont la mort est imputée à des hommes en quelques années. Les éléphants sauvages parcourent les collines contiguës du sud du Bangladesh et des États de Chin et Rakhine, dans l’ouest de la Birmanie, dont les forêts sont parmi leurs derniers havres.

Mais ils ne peuvent plus emprunter la route migratoire de Gudum bloquée, dans l’État de Rakhine, où de vastes étendues de forêts ont été détruites par le passage de centaines de milliers de réfugiés rohingyas qui ont fui la Birmanie depuis 2017.

Naissance de 20 éléphanteaux

Dacca et des organisations caritatives internationales ont mis en place des programmes de sensibilisation à destination des habitants et des réfugiés sur la cohabitation pacifique avec les éléphants. «Cette sauvagerie s’est produite un jour seulement après une campagne de sensibilisation menée dans la région», a regretté Humayun Kabir, un responsable des forêts.

Quelque 63 éléphants ont été recensés au Bangladesh, selon des statistiques de 2017. Le département a enregistré en outre la naissance de 20 éléphanteaux, ces quatre dernières années.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • le belge le 01.09.2021 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a quand la fin de l homme pour que la terre respire

Les derniers commentaires

  • le belge le 01.09.2021 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a quand la fin de l homme pour que la terre respire