En Thaïlande

16 juin 2019 17:54; Act: 16.06.2019 17:55 Print

Arrêtés pour avoir usurpé le nom de George Clooney

Un couple s'est fait arrêter en Thaïlande pour avoir usurpé l'identité de George Clooney dans le but d'arnaquer des personnes avec une marque de vêtements en ligne.

storybild

L'un des coupable a été appréhendé samedi par les autorités thaïlandaises. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Italien soupçonné d'avoir usurpé l'identité de la star américaine George Clooney pour créer une griffe de mode et arnaquer des personnes en ligne a été arrêté avec sa femme en Thaïlande après des années de cavale, a annoncé la police dimanche. Francesco Galdelli, 58 ans, et Vanja Goffi, 45 ans, ont été arrêtés samedi dans une maison de la banlieue de Pattaya (centre) lors d'une opération conjointe entre les autorités thaïlandaises et italiennes.

«Durant l'interrogatoire, Francesco a avoué s'être fait passer pour George Clooney et avoir lancé un marque de vêtements en ligne pour arnaquer des personnes», a déclaré la division thaïlandaise de répression du crime dans un communiqué.

Moqueries

En 2010, George Clooney avait témoigné contre le couple, et un complice, lors d'une audience à Milan. On lui avait alors présenté une pile de photos publicitaires le représentant avec les vêtements de cette ligne de mode ainsi que des documents censés arborer sa signature, que la star américaine avait désignés comme des faux.

Selon la police, le couple était aussi recherché en Italie pour d'autres forfaits, notamment pour avoir vendu de fausses montres Rolex en ligne. Le couple -- recherché sur une notice rouge d'Interpol depuis 2013 -- se moquait parfois de leurs victimes en envoyant des paquets de sel à la place des montres.

«Bonnie et Clyde italiens»

Ces crimes leur avaient valu le surnom de «Bonnie et Clyde italiens», en référence au couple de célèbres braqueurs américains de la Grande Dépression.

La luxueuse résidence du couple était surveillée notamment grâce à un drone, a indiqué la police italienne dans un communiqué. «Ils sont restés en Thaïlande à partir de 2014 et n'ont jamais quitté le pays », a déclaré la police, ajoutant qu'un tribunal les jugerait en vertu des lois thaïlandaises sur l'immigration avant le début de procédures d'extradition.

Pattaya, la station balnéaire thaïlandaise où ils s'étaient réfugiés, est connue pour être un haut lieu de la prostitution et du crime en Thaïlande.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.