WikiLeaks

12 avril 2019 07:57; Act: 12.04.2019 12:40 Print

Assange: 2 487 jours après, et maintenant?

Réfugié depuis 2 487 jours dans l'ambassade d'Équateur à Londres, le fondateur de WikiLeaks a finalement été arrêté jeudi. Se pose désormais la question de son sort.

Sur ce sujet
Une faute?

Arrestation rarissime dans une ambassade

Julian Assange a été arrêté dans les murs de l'ambassade équatorienne par la police britannique, à l'invitation de l'ambassadeur équatorien. La Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques précise qu'une intervention des forces de l'ordre du pays hôte est possible «avec le consentement du chef de la mission», ce qui a été le cas dans l'affaire Assange.

Les autorités équatoriennes s'agaçaient depuis quelque temps de ses «violations répétées» aux règles régissant ses conditions d'asile, un grief renouvelé jeudi par le président équatorien Lenin Moreno. Selon Scotland Yard, l'arrestation répond à la fois à un mandat délivré en juin 2012 par un tribunal londonien pour non présentation au tribunal et à une demande d'extradition américaine.

Que risque Assange?

Sitôt arrêté, Julian Assange a comparu devant un tribunal londonien qui l'a reconnu coupable d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire, délit passible d'un an de prison. Il est ou a été recherché par la justice d'autres pays, notamment aux États-Unis.

À l'origine de la publication en 2010 de nombreux documents officiels américains, le fondateur de WikiLeaks a fait l'objet dans ce pays d'une inculpation censée rester secrète mais dont l'existence a été révélée de manière fortuite par des procureurs en novembre. Le ministère américain de la Justice a finalement confirmé jeudi que le cybermilitant de 47 ans était inculpé de «piratage informatique» et encourait une peine maximale de cinq ans de prison.

Julian Assange a aussi été visé par deux accusations, l'une pour viol et l'autre pour agression sexuelle, en Suède. C'est pour échapper à une arrestation dans ces affaires qu'il s'était réfugié dans l'ambassade d'Equateur le 19 juin 2012. La plainte pour agression sexuelle a été frappée par la prescription en 2015, puis la Suède a abandonné les poursuites dans la deuxième affaire en mai 2017, faute de pouvoir faire avancer l'enquête.

À l'annonce de l'arrestation jeudi, l'avocate de la plaignante a réclamé la réouverture de l'enquête. «Nous allons tout faire pour que les procureurs rouvrent l'enquête suédoise et qu'Assange soit remis à la Suède et traduit en justice pour viol», a déclaré Elisabeth Massi Fritz à l'AFP. Il encourait alors six ans de prison.

Quelles garanties?

Le président Moreno a dit jeudi avoir demandé et obtenu des autorités britanniques que Julian Assange ne soit pas extradé vers un pays où il risquerait la peine capitale. «J'ai demandé à la Grande-Bretagne la garantie que M. Assange ne serait pas extradé vers un pays où il pourrait être torturé ou condamné à mort. Le gouvernement britannique me l'a confirmé par écrit», a-t-il assuré.

L'attitude des autorités britanniques va maintenant être scrutée attentivement. «Personne n'est au-dessus des lois», ont dit en chœur la première ministre Theresa May, le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, et le chef de la diplomatie, Jeremy Hunt.

Quid du droit?

Pour WikiLeaks, l'Équateur a «illégalement mis fin» à l'asile politique de Julian Assange «en violation du droit international». Assange est australien de naissance mais naturalisé équatorien en 2017. L'Équateur lui fait courir le risque de «graves» violations de ses droits, s'est inquiétée la rapporteure de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Agnès Callamard.

La diplomatie équatorienne a de son côté annoncé que Julian Assange avait été déchu de sa nationalité équatorienne. La décision de lui retirer l'asile politique a été prise «de manière souveraine», a indiqué le président Moreno. Depuis l'arrivée de celui-ci au pouvoir en mai 2017, le traitement accordé à Julian Assange a changé.

Selon Ben Wizner, un responsable de l'Union américaine pour les libertés civiles, «toute poursuite des États-Unis contre M. Assange pour les publications de WikiLeaks serait sans précédent et inconstitutionnelle, et ouvrirait la porte à des enquêtes criminelles visant d'autres organes de presse».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gigi le 12.04.2019 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Personne est au dessus des lois, sauf les états qui, contre tout droit de l'homme, prennent en otage une personne (innocente jusqu'à ce que contraire est prouvé...) pendant 7 ans, ne suivent pas les jugements de l'UN, de laquelle ils sont même membres... les accusations en suède...franchement cette affaire démontre ou on en est arrivé, il est temps de se réveiller et de nous reprendre nos droits démocratiques, ceci est la preuve d'une dictature mondiale qui s'en fiche d'états, de droits, de vérité et de transparence. et ceci juste dans l’intérêt d'une petite élite.

  • joao le 12.04.2019 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on vit une epoque bien triste! De nos jours c est en disant la verite qu on se fait emprisonne

  • Bruno K le 12.04.2019 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Il va avoir un accident et on arrêtera de parler de lui.

Les derniers commentaires

  • joao le 12.04.2019 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on vit une epoque bien triste! De nos jours c est en disant la verite qu on se fait emprisonne

  • rené sance le 12.04.2019 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’admire cette personne

  • Bruno K le 12.04.2019 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Il va avoir un accident et on arrêtera de parler de lui.

  • LeTroll le 12.04.2019 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Assange devra payer pour avoir éclaboussé les grands et puissants, ni plus ni moins.

  • Gigi le 12.04.2019 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Personne est au dessus des lois, sauf les états qui, contre tout droit de l'homme, prennent en otage une personne (innocente jusqu'à ce que contraire est prouvé...) pendant 7 ans, ne suivent pas les jugements de l'UN, de laquelle ils sont même membres... les accusations en suède...franchement cette affaire démontre ou on en est arrivé, il est temps de se réveiller et de nous reprendre nos droits démocratiques, ceci est la preuve d'une dictature mondiale qui s'en fiche d'états, de droits, de vérité et de transparence. et ceci juste dans l’intérêt d'une petite élite.